La France oublie que la Côte d’Ivoire a une mémoire

Posted on 21 décembre 2010

0


Concluant une analyse dont le titre était : ’’ LES DYNASTIES AFRICAINES EN MARCHE…Mais attention !’’, j’osais cette affirmation : ’’Les relations franco-africaines prendront à n’en pas douter, une autre tournure avec les prochaines élections présidentielles qui pointent à l’horizon. ’’. Une analyse qui faisait suite à la diarrhée des révisions constitutionnelles qui s’est saisie des présidents africains et dont l’objectif inavoué mais pourtant clair est : soit le maintien au pouvoir ou la mise sur orbite de leur progéniture.

A l’aune de ce qui se passe actuellement en Côte d’Ivoire, tout porte à confirmer cette conclusion avec une nuance de taille, les prémisses diffèrent selon qu’il s’agisse de la Côte d’Ivoire, du Gabon, du Sénégal ou d’un autre pays africain dit francophone. Si d’un côté l’exigence au respect de la souveraineté des Etats fonde et justifie le changement de ces relations franco-africaines, saurait-on dire la même chose de l’autre ? Restons donc sur le cas de la Côte d’Ivoire qui nous intéresse.

« La France oublie que la Côte d’Ivoire a une mémoire, à l’image de celle de toutes les jeunesses africaines qui ne supportent plus son arrogance. », écrivait Mamadou Coulibaly : « (…) Mais la France doit également avoir à l’esprit qu’avec la prise de conscience du peuple de Côte d’Ivoire, et sa maturité politique de 2005, débarrassée des complexes du colonisé des années 60, aucune démarche de passage en force, même par voie diplomatique, ne peut constituer une solution durable à la complexe situation qui est le résultat de la volonté de Paris de mettre au pas la Côte d’Ivoire. La jeunesse de Côte d’Ivoire est à l’image de celle du Togo, du Bénin, du Mali, du Burkina, du Sénégal, du Gabon, du Cameroun, du Congo et de tous les pays colonisés en Afrique par la France. Les aspirations de ces jeunes sont les mêmes, et le grondement est identique d’un bout à l’autre de l’Afrique. Jouer à la sourde oreille, ou vivre dans la chimère de la certitude de pouvoir tout contrôler comme dans les années 60, est pour la France et pour nos dirigeants africains actuels, un risque considérable dont les conséquences sont aujourd’hui difficiles à mesurer. »

Quelques années après cette mise en garde du professeur Mamadou Coulibaly qui devrait normalement d’un côté, éveiller la conscience des africains francophones en particulier des réelles intentions de la France dans ce pays ou un autre d’expression francophone ; et de l’autre, alerter la France dont la couche d’influence en Afrique se fragilise et se dégrade à la même vitesse qu’elle dévoile sa laideur et sa duplicité sur la question du respect des droits de l’homme noir et de son inattirance économique au profit des états asiatiques dont la Chine ; on constate hélas toujours avec un certain pincement au cœur que, quelques âmes africaines continuent à entretenir l’esprit de domination et de soumission qui s’inspire des aspirations qui leurs sont étrangères, loin de l’avertissement que prônait Frantz Fanon :  » Ne payons pas de tribut à l’adversaire en créant des polémiques qui s’inspirent de leurs aspirations. ». Et que la France, dans un ultime sursaut (signe de son affaibliss ement) continue son activité de déstabilisation et de déséquilibre de l’espace africain dit francophone en ignorant, en méprisant les aspirations des africains.

Parlant de la Martinique lors des obsèques de Aimé Césaire, Pierre Aliker utilisait cette formule : « Il faudrait se persuader que les experts des questions martiniquaises, ce sont les martiniquais ». Une formule royalement bafouée par la France dès qu’il s’agit de l’Afrique et à l’aune de la Martinique, de la Guadeloupe ou de la Guyane, nous autorise à conclure donc, qu’une formule bafouée par la France dès lors qu’il s’agit des populations noires très particulièrement. Faut-il pour autant s’en étonner dans le cas de l’Afrique ? Malheureusement non ! Puisque les africains sont les premiers convaincus de la non véracité de cette formule en accordant un blanc seing à toutes les manœuvres déstabilisatrices de la France sur le continent, ainsi l’attestent les événements qui se déroulent actuellement en Côte d’Ivoire.

Steve Biko annonçait déjà cette attitude par sa formule : ’’L’arme la plus puissante entre les mains de l’oppresseur, est la mentalité du colonisé’’. Une mentalité qui ravive l’arrogance du président français Nicolas Sarkozy et accentue les tendances impérialistes de la France sur un terrain qu’elle sait entrain de perdre à cause de son manque d’attrait à tous les égards.

Seulement, le président Sarkozy et les tenants de cette France impérialiste qui veulent continuer à voir et à faire de l’Afrique leur terrain d’exploitation en tous genres, doivent se souvenir que les ivoiriens n’ont pas oublié les massacres perpétrés par l’armée française en 2004 sur leur sol en toute impunité ; que de plus en plus, une certaine jeunesse africaine a pris conscience de l’effet néfaste des rapports qui existent entre leur pays et l’ancienne puissance impérialo-colonisatrice et qu’elle est fin prête à affronter sur tous les terrains ces démons qui les empêchent de vivre en paix et de jouir des richesses de leur continent. S’entêter dans cet exercice du mépris aura des répercussions très graves.

via Afrik.com

Posted in: Dans l'actu