Le mandat de l’Onuci prorogé en dépit de l’opposition du Gouvernement ivoirien

Posted on 21 décembre 2010

0


Le Conseil de sécurité de l’ONU a prorogé lundi, de six mois, le mandat de sa force en Côte d’Ivoire , l’Onuci. Il  « envisage » même d’envoyer des renforts à celle-ci, et ce, contre le gré des autorités ivoiriennes. Le Gouvernement ivoirien avait exigé le « départ immédiat » de cette mission en raison de nombreux cas d’ « abus de pouvoir et de partialité » en faveur des forces rebelles de Alassane Ouattara. Ces décisions du Conseil de sécurité de l’Onu accroissent le  risque d’une « confrontation dangereuse » avec l’armée ivoirienne,  selon Alain Le Roy, chef des opérations de maintien de la paix des Nations unies interrogé par l’AFP.

Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, les incidents se sont multipliés entre les populations ivoiriennes et les soldats de l’Onuci devenus indésirables dans le pays, a-ton constaté sur place à Abidjan.
Le Conseil constitutionnel de la République de Côte d’Ivoire, plus haute juridiction ivoirienne chargée de donner les résultats définitifs de l’élection présidentielle a proclamé Laurent Gbagbo, élu (51%) contre son concurrent Alassane Ouattara (48%) ; mais le chef de la mission de l’Onu en Côte d’Ivoire, en violation de son mandat, a lui aussi déclaré sur les médias français, un autre élu, Alassane Ouattara.
Depuis lors, l’Onu et plusieurs capitales occidentales tentent d’imposer Alassane Ouattara à la tête de l’Etat ivoirien en multipliant les sanctions contre les autorités ivoiriennes. Le Président Laurent Gbagbo, démocratiquement élu détient l’effectivité du pouvoir d’Etat ainsi que le soutien de la majeure partie de la population et de l’armée.

L’Union africaine, par la voix de M. Jean Ping, son président, estime que « l’ingérence dans les affaires ivoiriennes est inacceptable »  tandis que l’ambassadeur de la Russie en France a exprimé la « gêne » de son pays face à la volonté affichée par certains de « désigner un Président de l’extérieur ». La Chine, quant à elle, prône « le respect du droit, des institutions et exhorte toutes les parties au dialogue politique ».

Posted in: Dans l'actu