Comment depuis des mois l’Onu a planifié le Chaos en Côte d’ivoire

Posted on 26 décembre 2010

2


Alors que rien ne présageait un revirement de situation, alors qu’après un premier tour exemplaire et un débat « historique », alors qu’après tout ça les Ivoiriens étaient convaincus que cette crise finirait bien, les choses se sont dégradées à une vitesse éclaire. Mais en réalité, cette situation de chaos a été cuisinée, planifiée et mise en œuvre par les Nations Unies. Objectifs: dérouler le tapis au candidat malheureux Alassane Ouattara afin qu’il facilite l’accès aux richesses de la Côte d’Ivoire aux grandes puissances qui manipulent les Nations Unies. Les Etats Unis et la France. Décryptage.

De la « certification » des résultats provisoires.

Une chose qui a étonné plus d’un, c’est la vitesse avec laquelle le représentant spécial de l’ONU Choi s’est empressé pour reconnaitre le candidat du Rdr comme « Président » alors que des résultats PROVISOIRE avait été livrés en toute illégitimité.

Plus surprenant. Dès le 30 novembre 2010 (48 heures après la tenue du deuxième tour de l’élection présidentielle) toutes les ambassades des pays présents en Côte d’Ivoire reçoivent des « mains » de l’ONUCI (Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire) les « résultats définitifs » qui donneraient Alassane Ouattara vainqueur avec 54%. Petite question : Comment peut-on avoir ces résultats alors même que la Cei n’a en sa possession que les données de la diaspora et de moins de 10 % des résultats de quelques villes ivoiriennes ? Comment alors même que la Cei (Commission électorale indépendante) n’a pas encore proclamé les « résultats provisoires » (qui doivent être validés par le Conseil Constitutionnel) l’on annonce déjà des résultats « définitifs » ?

A la vérité, Choi agissant sous la houlette de la France devait faire accepter ces résultats dans l’esprit de tous les membres de la communauté Internationale. Il fallait ensuite justifier les 54% en truquant et en falsifiant les PV.

 

Les médias étrangers reçoivent copie des « résultats définitifs » le 1er décembre. Ils ont ordre d’attendre la proclamation de la Cei. Mais la guerre du scoop trahit certains. Dans l’après midi du 1er décembre la chaîne de télé Euronews publie en « exclusivité sur son site web: « Dernière minute: Alassane Ouattara proclamé vainqueur de l’élection présidentielle par la Commission électorale ». Prise la main dans le sac la chaîne se justifie : «Concernant les élections à la présidence de la Côte d’Ivoire : la rédaction s’était préparée aux résultats possibles, rédigeant différentes « dernière minute » (Breaking news) à l’avance. La publication d’un de ces résultats sur le site Internet d’euronews résulte d’un problème technique ».

La commission électorale proclame les résultats 4 jours après les élections et dans le QG du candidat Alassane Ouattara. La coïncidence est frappante : « Alassane Ouattara 54% »

Choi, le représentant de l’Onuci dans une déclaration télévisée « félicite le nouveau président ». La France et les Usa lui emboitent. Ils savent tous que le camp de Laurent Gbagbo ne va pas apprécier et que ça peut dégénérer.

La « certification » des morts

 

L’Onuci a tout prévu. Aujourd’hui, toutes les institutions de défense des droits de l’homme parlent de charnier, de génocide et annoncent même des chiffres de 170 morts. Objectif : accuser Gbagbo d’exactions sur les populations. Et pour l’instant…ça marche ! Pour justifier ces « morts », l’Onuci avait besoin de certifier ces chiffres macabres dans une morgue. D’où cet « appel d’offre » lancé au mois de septembre (voir photo). Alors que le bilan des manifestations qui ont eu lieu à Abidjan et dans certaines villes du pays est d’une vingtaine de morts (dont 10 forces de l’ordre tuées) l’Onuci a gonflé les chiffres via « ses » pompes funèbres. Et dans son rapport il n’y a jamais eu de militaires tués.

L’objectif reste le même. Évincé le président élu Laurent Gbagbo en favorisant l’envoi de forces militaires ou du CPI. Mais c’est sans compter sur la volonté des Ivoiriens à s’opposer à ces actions diaboliques de la part de la France (avec l’aide de l’Onu) qui tente de rétablir par la force son réseau françafricains.

Posted in: Dans l'actu