Le gouvernement ivoirien menace de renvoyer des ambassadeurs

Posted on 28 décembre 2010

0


Le gouvernement ivoirien du président élu Laurent Gbagbo a menacé mardi de renvoyer des ambassadeurs de pays qui, à la demande d’Alassane Ouattara (candidat malheureux du second tour), « entendent mettre fin à la mission » de ses propres représentants, visant principalement la France sans la nommer.
« Il nous revient que certains gouvernements, disant agir sur la base de correspondances émanant de M. Alassane Ouattara, entendent mettre fin à la mission de nos ambassadeurs dans leurs Etats », indique un communiqué du gouvernement à la télévision publique RTI.
« Face à de telles décisions » qui sont « contraires à la pratique diplomatique », le gouvernement « se réserve le droit d`appliquer la réciprocité en mettant fin à la mission des ambassadeurs des pays concernés », ajoute le texte lu par le porte-parole du gouvernement, Ahoua Don Mello.

Le Conseil constitutionnel ivoirien, plus haute juridiction ivoirienne chargée de donner les résultats définitifs de l’élection présidentielle avait proclamé Laurent Gbagbo, élu (51%) contre son concurrent Alassane Ouattara (48%) ; mais le chef de la mission de l’Onu en Côte d’Ivoire, en violation de son mandat, avait lui aussi déclaré sur les médias français, un autre élu, Alassane Ouattara. Depuis, Nicolas Sarkozy – avec ses pairs de l’Union européenne – tente d’imposer Alassane Ouattara à la tête de l’Etat ivoirien. Ils multiplient pour ce faire, les pratiques et sanctions contre les autorités ivoiriennes.
Le Président Laurent Gbagbo, démocratiquement élu, détient l’effectivité du pouvoir d’Etat ainsi que le soutien de la majeure partie de la population, des services publics et de l’armée.

Le camp de Ouattara soutenu par la France entend donc jouer sur des nominations factices pour installer de nouveaux diplomates.

La France a indiqué avoir été informée lundi de la désignation d`un nouvel ambassadeur à Paris par Alassane Ouattara et avoir engagé la procédure d`agrément. L`ambassade de Côte d`Ivoire à Paris, l`une des plus importantes pour cette ancienne colonie française, a été occupée lundi pendant quelques heures par des militants pro-Ouattara.
La Belgique a de son côté décidé de reconnaître comme nouveau représentant ivoirien à Bruxelles une chargée d`affaires, également nommée par M. Ouattara, reconnu comme président par la communauté internationale.
Dans des entretiens à plusieurs journaux français, le président élu Laurent Gbagbo avait affirmé être victime d`un « complot » de la France et des Etas-Unis, mené par leurs ambassadeurs à Abidjan.

Posted in: Dans l'actu