Wade pour une invasion militaire en Côte d’Ivoire

Posted on 12 janvier 2011

0


DAKAR – Le Président sénégalais, Abdoulaye Wade, a préconisé mardi, une intervention armée pour installer Alassane Ouattara, son poulain, à la tête de l’Etat.

Le Président sénégalais, qu’on savait proche d’Alassane Ouattara – il avait reçu entre les deux tours provoquant une crise diplomatique entre Dakar et Abidjan – est sorti de son silence hier par la voix de son porte-parole. « Gbagbo doit partir par tous les moyens nécessaires, même des moyens militaires », a déclaré hier dans une interview Papa Dieng, porte-parole d’Abdoulaye Wade.

Le Président sénégalais compte peser de tout son poids auprès de ses homologues de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), de plus en plus réticent à l’usage de la force dans le règlement de la crise ivoirienne. Il constitue, avec le Burkinabè Blaise Compaoré, qui entretient des liens étroits avec la rébellion des Forces Nouvelles, les derniers partisans de l’option militaire en Côte d’Ivoire.

A l’issue du sommet de la CEDEAO du 24 décembre, les chefs d’Etats de la sous-région avaient évoqué l’éventualité d’une intervention armée si le Président réélu Laurent Gbagbo refusait de partir. Après la visite d’une délégation de Chefs d’Etats à Abidjan pour s’enquérir de la situation les 28 décembre et 4 janvier, l’option militaire a été définitivement écartée.

Depuis la réélection du Président Laurent Gbagbo avec  51,45%, la France tente d’imposer sans succès son adversaire Alassane Ouattara, un proche de Nicolas Sarkozy. Elle multiplie les ultimatums et autres sanctions par l’entremise de l’Union Européenne, préconisant une intervention armée à la CEDEAO qu’elle soutiendrait.