Côte d’Ivoire: Le calme est revenu à Abengourou

Posted on 13 janvier 2011

0


Abengourou (Est) – Les populations de la ville d’Abengourou ont repris leurs activités quotidiennes, a constaté un journaliste de Directscoop.

Le RHDP (Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix) , prohe  d’Alassane Ouattara, a semé des troubles dans la ville d’Abengourou depuis la fin du processus électoral qui a donné Laurent Gbagbo vainqueur. Les activités étaient bloquées, les habitants pris en otage, privés de liberté de circuler et de quitter la ville.

Avec l’appui de sa Majesté Nanan Boua Kouassi III, Roi de l’indenié, et celle de plusieurs personnalités et chefs de communautés, la violence a fait place au dialogue et à l’apaisement.

Il y a deux semaines, le décès d’une femme malinké à la suite à une attaque des coupeurs de route  servait de prétexte aux rebelles pro-Ouattara, aidés par la déléguée locale Rassemblement Des Républicains, parti d’Alassane, pour attaquer les populations de Duékoué, créant la désolation dans la ville.

Une  patrouille de police a essuyé mardi des tirs lors d’un contrôle dans le quartier d’Abobo.  Mercredi matin, 6 policiers ont été tués dans une attaque à l’arme lourde dans la même zone. Ces évènements interviennent au moment où des informations concordantes font état d’une attaque imminente des positions des FDS par les rebelles des Forces Nouvelles.

Le 16 décembre, une marche insurrectionnelle  lancée par  Alassane Ouattara, a causé plusieurs morts dont des policiers. Alassane  Ouattara lance des mots d’ordre à la désobéissance civile et fiscale, en exposant les populations qui refusent de lui obéir aux représailles de ses activistes.

Depuis septembre 2002, la rébellion des Forces Nouvelles qui soutient Alassane Dramane Ouattara, se livre à des violences extrêmes sur les populations, qui continuent encore aujourd’hui de fuir les zones sous leur contrôle.

Le Conseil constitutionnel ivoirien, plus haute juridiction ivoirienne chargée de donner les résultats définitifs de l’élection présidentielle a proclamé Laurent Gbagbo, élu (51, 45%) contre son adversaire Alassane Ouattara (48%). Le chef  de l’ONUCI, Yung Ji Choi, en violation de son mandat, a lui déclaré sur les médias français, un autre élu, Alassane Ouattara replongeant ainsi le pays dans une grave crise.

 

Posted in: Dans l'actu