L’Onu autorise l’envoi de 2000 soldats contre « les foules non armées »

Posted on 19 janvier 2011

0


Le Conseil de sécurité de l`ONU a voté mardi l’envoi de 2.000 hommes supplémentaires en Côte d`Ivoire « afin de faire face aux menaces que constituent les foules non armées ».

Le Conseil a voté à l`unanimité de ses quinze membres l`envoi de ces renforts qui portent le total déployé en Côte d`Ivoire à quelque 11.500 hommes.

«L’Onu se prend à ses propres mots », a indiqué à Directscoop un diplomate bien introduit auprès des Nations Unies. « Pourquoi envoyer des hommes armées et des hélicoptères de combats si vous estimez que ces foules ne sont pas armées », s’interroge le diplomate.

Depuis sa réélection à la tête de la Côte d’Ivoire, le président ivoirien Laurent Gbagbo, a estimé que « l’Onu n’est plus impartiale » dans le dossier ivoirien. Il accuse les Nations Unies de vouloir installer par la force le candidat malheureux du second tour des élections, Alassane Ouattara.

Laurent Gbagbo a exigé le départ des troupes onusiennes et des militaires de l’armée française.

Ce qu’a refusé l’Onu. Les soldats des Nations Unies ont tiré à plusieurs reprises sur des foules non armées dans des quartiers d’Abobo et récemment au Plateau (centre des affaires).

« Ce chiffre de 2.000 hommes constitue un acte de défiance alors que les Ivoiriens lui montrent qu’ils ne veulent plus d’elle », a indiqué un des proches du président Gbagbo, craignant que les jours à venir cette décision risque d’attiser la colère des citoyens « qui sont fatigués du ballet des soldats de l’Onu ».

La Russie et la Chine s’étaient opposés hier à un texte « reconnaissant Alassane Ouattara comme président de la Côte d’Ivoire ». Un diplomate Russe avait indiqué à la presse que cette « formule » matérialisait « l’ingérence » des autres pays dans les affaires ivoiriennes. Le paragraphe a donc été retiré de la résolution. (Lire l’intégralité de la résolution)

« Jusque-là, c’était des communiqués que donnait l’Onu. Or les communiqués n’engagent pas le Conseil de Sécurité » souligne un spécialiste des questions onusiennes précisant que si la résolution ne cite pas « l’opposant Alassane comme président, c’est qu’il (le conseil de sécurité) ne le reconnait pas comme tel ».

L’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (Onuci) a été éclaboussée depuis le début de la crise en 2002 par de nombreux scandales de vols et de viols sur les citoyens ivoiriens notamment dans les régions de l’intérieur du pays.

Depuis les élections de novembre qui ont vu la victoire du président Laurent Gbagbo (51%), l’Onu tente par tous les moyens (diplomatique, économique et militaire) d’installer par la force le candidat malheureux Alassane Ouattara.
Laurent Gbagbo reste le chef de l’exécutif. Les salaires des fonctionnaires ont été payés, le couvre feu instauré sous ses ordres est respecté, et les ministres qu’il a nommés sont au travail. Les citoyens ivoiriens, l’armée et la télévision nationale lui ont accordé tous leurs soutiens. De même que de nombreux pays africains et des puissances orientales et occidentales, qui privilégie une issue pacifique de la crise et surtout « une non ingérence » dans les affaires intérieurs de la Côte d’Ivoire.

 

Posted in: Diplomatie, Militaire