Une colonne de combattants rebelles repoussée par les FDS à Tiébissou

Posted on 21 janvier 2011

3


TIEBISSOU- Les Forces Armées Nationales de Côte d’Ivoire ont fait échec, jeudi à une tentative de prise par les rebelles fidèles à Alassane Ouattara, de la ville de Tiébissou, située en zone gouvernementale.

Une colonne de combattants des rebelles, à bord de neuf véhicules de type 4×4, a été repoussée dans la nuit, de jeudi à vendredi, à deux ou trois km au nord de Tiébissou, dans le centre du pays, par les éléments des forces de défense et de sécurité basés dans cette localité, a-t-on appris de source militaire.

Selon cette source, les FDS, au vu du convoi, ont effectué des tirs de sommation contraignant la colonne à rebrousser chemin.

Le trafic qui avait été interrompu, a repris aux environs de 10h, ce vendredi. Des camions de marchandises ont été aperçus en provenance de Bouaké pour Yamoussoukro.

Les informations faisant état de l’arrivée de l’ECOMOG, la force militaire de la CEDEAO, pour chasser le Président Laurent Gbagbo du pouvoir, avait fini par créer une psychose au sein de la population de Tiébissou qui est restée terrée chez elle en entendant les tirs nourris de la nuit.

Le Général Phillipe Mangou, Chef d’Etat-Major de l’Armée, a affiché jeudi sur les antennes de la télévision nationale la détermination de l’armée ivoirienne à « mener le combat de la souveraineté ». Cette déclaration intervient alors que des informations récurrentes et concordantes font état d’ « une attaque imminente de la part des rebelles, soutenus par l’Ecomog, la force Licorne et l’ONUCI ».

Un important arsenal militaire de la force licorne a été découvert jeudi au port autonome d’Abidjan. Cet armement appartenant à l’armée française en Côte d’Ivoire a été signalé comme « des produits alimentaires destinés à la consommation ».
Le 16 décembre, la marche insurrectionnelle lancée par Alassane Ouattara, s’est transformée en une attaque des positions de l’armée ivoirienne à Tiébissou. Les FDS ont finalement repoussé les rebelles venus de Bouaké.

Le Conseil constitutionnel ivoirien, plus haute juridiction ivoirienne chargée de donner les résultats définitifs de l’élection présidentielle a proclamé Laurent Gbagbo, élu (51, 45%) contre son adversaire Alassane Ouattara (48%). Le chef de l’ONUCI, Yung Ji Choi, en violation de son mandat, a lui déclaré sur les médias français, un autre élu, Alassane Ouattara replongeant ainsi le pays dans une grave crise.