Le président de l’UA a rencontré le chef de l’Etat ivoirien Laurent Gbagbo

Posted on 25 janvier 2011

2


ABIDJAN – Le président en exercice de l`Union africaine, le Malawite Bingu wa Mutharika, a terminé mardi à Abidjan une rencontre avec le chef d’Etat ivoirien Laurent Gbagbo, avant un entretien avec son rival Alassane Ouattara, candidat malheureux des élections de novembre 2010, a constaté Directscoop.

Le président en exercice de l`UA s’est entretenu pendant près d`une heure en début d’après-midi avec le président ivoirien Laurent Gbagbo. Il n`a fait aucune déclaration à sa sortie du palais présidentiel.

Bingu wa Mutharika devait ensuite rencontrer M. Ouattara, retranché au Golf hôtel d`Abidjan. « Ma responsabilité sera d’entendre les deux (MM. Gbagbo et Ouattara), d’écouter leurs avis de façon à ce que l’on puisse avancer » dans la résolution de la crise ivoirienne née de la présidentielle du 28 novembre, avait déclaré à la presse M. Mutharika, avant de quitter le Malawi pour la Côte d`Ivoire, où sa visite n’a été annoncée que mardi matin.

Son déplacement surprise intervient avant un sommet des chefs d`Etat de l’UA prévu les 30 et 31 janvier à Addis Abeba, où il rendra compte de sa visite en Côte d’Ivoire, a-t-il indiqué.

Plusieurs pays africains s’opposent à  l’option militaire préconisée par l’Occident, notamment la France dans le règlement de la crise ivoirienne. L’Afrique du Sud, l’Angola, la Gambie, le Cap-Vert, le Ghana, la République Démocratique du Congo, le Bénin, la Guinée équatoriale, l’Ouganda, de même que la Russie, la Chine, le Brésil ont déjà manifesté leurs désaccords quant à l’usage de la force dans la crise que connaît le pays.

Le Conseil constitutionnel ivoirien, plus haute juridiction ivoirienne chargée de donner les résultats définitifs de l’élection présidentielle a proclamé Laurent Gbagbo, élu (51, 45%) contre son adversaire Alassane Ouattara (48%). Le chef de la mission de l’Onu en Côte d’Ivoire, en violation de son mandat, a lui aussi déclaré sur les médias français, un autre élu, Alassane Ouattara replongeant ainsi le pays dans une grave crise.