Blocus militaire devant le siège du PNUD à Libreville

Posted on 27 janvier 2011

1


LIBREVILLE – Les forces de police gabonaise ont « dispersé violemment » jeudi matin vers 5h20 plusieurs centaines de partisans de l’opposant André Mba Obame, qui s’étaient réunis depuis mercredi devant le siège du PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement).

L’on dénombre selon « le gouvernement d’Obame » une soixantaine d e blessés et plusieurs arrestations. Un blocus a été instauré autour du siège de l’institution dont l’accès est refusé aux journalistes, selon un témoin sur place.

Les militants, qui s’étaient installé la veille, étaient venus accompagner leur leader. Celui-ci réclame une reconnaissance de l’ONU  (Organisation des Nations unies) en tant que « Président élu du Gabon ». André M’Ba Obame s’est réfugié avec « son gouvernement » au siège de l’organisation dans la capitale gabonaise. Il refuse d’en sortir tant qu’il n’aura pas de réponse de la part de Ban Ki Moon, Sécretaire Général de l’ONU.

André M’ba Obame a prêté serment mardi en tant que « Président élu du Gabon conformément à l’article 12 de la constitution » et a formé un gouvernement de 19 membres. La dissolution de son parti a été annoncée par le Ministre de l’Intérieur de Bongo qui le menace de « poursuites ».

Les élections contestées d’août 2009 ont donné Ali Bongo vainqueur en remplacement de son défunt père. Michel de Bonnecorse, ancien conseiller à l’Elysée à l’époque de Jacques Chirac a révélé, dans un documentaire publié récemment sur France 2, que Paris avaient fait renverser les chiffres qui donnaient Obame vainqueur.

Plusieurs voix ont dénoncé le jeu trouble de Paris dans ses relations avec ses ex-colonies. Europe Ecologie-Les Verts, dans un communiqué a fustigé les « complaisances françaises »  vis-à-vis de Ben Ali, l’ex-président tunisien et de Compaoré, président « mal élu » du Burkina Faso. En Côte d’Ivoire, Paris conteste les résultats définitifs de l’élection présidentielle de novembre qui ont vu la victoire de Laurent Gbagbo (51,45%) sur son adversaire Alassane Ouattara (48%), un proche de Sarkozy.