Sarkozy, invité spécial du sommet des Etats africains

Posted on 27 janvier 2011

1


Sarkozy, invité spécial du sommet des Etats africains

Addis Abeba-Dimanche 30 janvier,aura lieu à Addis-Abeba, le 16ème sommet de l’union Africaine (UA).Diverses questions seront traitées en particulier celles de la Côte d’Ivoire et de la Tunisie.

Nicolas Sarkozy, président de la république française, est l’invité spécial à ce sommet africain, où « des décisions majeures seront prises » selon Jean Ping, le président de la commission de l’U.A.

Nicolas sarkozy est fortement intéressé par les deux pays. En Tunisie, Ben Ali, le président déchu par une révolution populaire, est l’ami de Nicolas Sarkozy. La ministre des Affaires Etrangères, Michèle Aliot-Marie avait même à cet effet préconisé « l’aide » de la police française pour réprimer les manifestants.

En Côte d’Ivoire, le président français est impliqué dans la crise que traverse le pays, ayant pris parti pour l’opposant Alassane ouattara, imposant au président élu Laurent Gbagbo, des par l’entremise de l’Union Européenne et préconisant une intervention militaire à travers la Cédéao, pour l’obliger à quitter le pouvoir.

Plusieurs pays africains s’opposent à  l’option militaire préconisée par  la France dans le règlement de la crise ivoirienne. L’Afrique du Sud, l’Angola, la Gambie, le Cap-Vert, le Ghana, la République Démocratique du Congo, le Bénin, la Guinée équatoriale, l’Ouganda, de même que la Russie, la Chine, le Brésil ont déjà manifesté leurs désaccords quant à l’usage de la force dans la crise que connaît le pays.

Le dernier sommet des chefs d’États de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) , sous influence française, a d’une part, transféré à l’opposant Alassane Ouattara, le pourvoir d’agir sur les comptes du pays et, d’autre part, limogé le Gouverneur de la banque, Philippe Henri Dacoury-Tabley, désigné par Laurent Gbagbo, le Président en exercice de la Côte d’Ivoire.

Le Conseil constitutionnel ivoirien, plus haute juridiction ivoirienne chargée de donner les résultats définitifs de l’élection présidentielle a proclamé Laurent Gbagbo, élu (51, 45%) contre son adversaire Alassane Ouattara (48%). Mais, le chef de la mission de l’Onu en Côte d’Ivoire, en violation de son mandat, a lui aussi déclaré sur les médias français, un autre élu, Alassane Ouattara replongeant ainsi le pays dans une grave crise.

Posted in: Afrique, Dans l'actu