Gbagbo et Ouattara doivent négocier face à face (médiateur UA)

Posted on 28 janvier 2011

3


ADDIS ABEBA- Les deux parties de l`élection présidentielle en Côte d`Ivoire, le président Laurent Gbagbo et l’opposant Alassane Ouattara, « doivent négocier face à face », a estimé vendredi devant la presse le médiateur de l`Union africaine dans la crise ivoirienne Raila Odinga.

« Le sommet (de l`Union africaine) doit envoyer un message fort et sans équivoque (qui est) que les deux parties doivent négocier face à face », a affirmé à Addis-Abeba le médiateur et Premier ministre kényan.

M. Odinga lisait une déclaration juste avant de faire son rapport devant le Conseil de paix et de sécurité de l`UA, et à l`avant-veille d`un sommet de l`organisation continentale prévu dimanche et lundi.

Raila Odinga a mené deux missions de médiation qui se sont soldé à chaque fois par un échec dû au refus de l’opposant Alassane Ouattara d’’accepter  ‘’la proposition de dialogue’’ préconisée par le président Laurent Gbagbo.

Depuis la réélection du Président Laurent Gbagbo avec  51,45%, la France tente d’imposer sans succès son adversaire Alassane Ouattara, un proche de Nicolas Sarkozy. Elle multiplie les ultimatums et autres sanctions par l’entremise de l’Union Européenne, préconisant une intervention armée de la CEDEAO qu’elle soutiendrait.

Plusieurs pays africains s’opposent à l’option militaire préconisée par l’Occident, notamment la France, dans le règlement de la crise ivoirienne. L’Afrique du Sud, l’Angola, la Gambie, le Cap-Vert, le Ghana, l’Ouganda de même que la Russie, la Chine et le Brésil ont déjà manifesté leurs désaccords quant à l’usage de la force dans la crise que connaît la Côte-d’Ivoire.