Des milliers d’ivoiriens réunis à la place de la république pour dénoncer l’arrivée de Compaoré à Abidjan

Posted on 5 février 2011

0


ABIDJAN – Plusieurs milliers d’ivoiriens  étaient  réunis samedi à  la place de la république du plateau(Abidjan) pour dénoncer la présence du chef de l’Etat burkinabè Blaise Compaoré au sein du panel de l’Union africaine chargé de dénouer la crise ivoirienne, a constaté Direct Scoop.

Vêtus de T-shirt à l’effigie des couleurs du drapeau ivoirien, ces partisans arrivaient par groupes sur la Place de la République, avant un discours prévu dans l’après-midi de Charles Blé Goudé, leader de la jeunesse ivoirienne. De nombreux policiers et gendarmes avaient mis en place un dispositif pour la sécurisation des ivoiriens venus massivement à la manifestation.

M. Blé Goudé avait appelé vendredi à un « meeting pour la dignité de l’Afrique, pour dire non à l’arrivée de Blaise Compaoré à Abidjan au seindu panel ».

Blaise Compaoré, Président du Burkina Faso, a été préféré au Nigérian Goodluck Jonathan. Ce choix « controversée » présage de l’issue incertaine de cette énième médiation qui devrait accoucher de propositions « contraignantes pour toutes les parties».

Le Président Burkinabé Blaise Compaoré, avait plaidé lundi 25 janvier pour une intervention armée contre son homologue ivoirien Laurent Gbagbo. Dans son intervention il révélait que  la Côte-d’Ivoire n’était pas à l’abri de violences politiques.

Blaise Compaoré a effectué le mardi 18 janvier une visite secrète en France où il y a rencontré le président français Nicolas Sarkozy pour parler de la Côte d’Ivoire.

Tuteur de la rébellion des Forces Nouvelles à laquelle son pays a servi de base arrière, Blaise Compaoré a été désigné en 2004 Facilitateur dans ledit conflit. Il constitue avec le Président sénégalais, proche de Ouattara, les fervents partisans de l’option militaire en Côte d’Ivoire.

Le CPS (Conseil de Paix et de Sécurité) de l’UA a préconisé vendredi la mise en place d’un panel de Chefs d’Etat, chargé de  proposer une « solution contraignante pour toutes les parties». La mission de ce groupe de travail, selon le Président de la Commission de l’UA, est d’installer   « par le dialogue » Ouattara. Le gouvernement ivoirien a, par la voix de son Ministre des affaires étrangères, Alcide Djédjé, averti qu’il refusera toute compromission contraire à la « constitution »  du pays.

Le Conseil constitutionnel ivoirien, plus haute juridiction ivoirienne chargée de donner les résultats définitifs de l’élection présidentielle a proclamé Laurent Gbagbo, élu (51, 45%) contre son adversaire Alassane Ouattara (48, 55%). Le chef de la mission de l’Onu en Côte d’Ivoire, Young Jin Choï, en violation de son mandat, a lui, déclaré sur les médias français, Alassane Ouattara, élu, replongeant ainsi le pays dans une grave crise.