Yayi Boni et Faure Eyadema appellent à une solution pacifique et durable à la crise ivoirienne

Posted on 5 février 2011

0


 

COTONOU – Le chef d’Etat du Bénin, Boni Yayi, et celui du Togo, Faure Gnassingbé, ont appelé jeudi à la recherche de « solutions pacifiques et durables » à la crise politique en Côte d’Ivoire.

Faure Gnassingbé, en visite officielle de 48 heures à Cotonou, et son homologue béninois se sont déclarés « préoccupés » par la situation en Côte d’Ivoire et se sont engagés à « appuyer » toutes les initiatives de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédeao) et de l’Union africaine.

Président en exercice de l’Union économique et monétaire ouest africaine, le chef d’Etat togolais a profité de cette visite pour se prononcer sur  l’importance d’une solution pacifique dans le règlement de la crise ivoirienne.

En prélude à la réunion des chefs d’états qui s’est tenue à Addis-Abeba, le CPS (conseil de paix et de sécurité) de l’UA s’était réuni et a écarté la solution militaire pour se tourner vers celle de la médiation.

A la suite de son audience avec le Président de la République Laurent Gbagbo, Ngwazi Bingou Wa Mutharika, président de l’UA, avait dit vouloir rapporter les « propositions de son frère et ami [Laurent Gbagbo] » à la rencontre des chefs d’états qui a débuté ce dimanche.

Plusieurs pays africains se sont opposé à  l’option militaire préconisée par l’Occident, notamment la France, dans le règlement de la crise ivoirienne. L’Afrique du Sud, l’Angola, la Gambie, le Cap-Vert, le Ghana, de même que la Russie, la Chine, le Brésil ont déjà manifesté leurs désaccords quant à l’usage de la force dans la crise que connaît le pays