Gabon: la société civile réclame une commission vérité-réconciliation

Posted on 7 février 2011

0


Libreville -La société civile gabonaise, a demandé vendredi, dans une déclaration, la mise en place d’une commission vérité-réconciliation, pour résoudre la crise qui secoue le pays depuis peu, a appris directscoop.

Cette commission, qui serait dirigée par l’archévêque de Libreville, représenterait le cadre d’un « dialogue démocratique national ». Cette proposition fait suite aux troubles qui ont cours dans le pays.

L’opposant André Mbame Obame a prêté serment lundi 24 janvier, en tant que président du Gabon suite aux révélations de Michel de Bonnecorse, ex-conseiller Afrique de l’ancien Président français Jacques Chirac.

Dans un documentaire intitulé « Françafrique » publié sur la chaîne française France 2, il raconte comment les résultats des élections présidentielles ont été manipulés avec l’aide de l’élysée, en faveur d’Ali Bongo. Depuis, il a formé son gouvernement et réclame la reconnaissance de la communauté internationale et l’ONU.

La diffusion de ce documentaire a remis au jour les manœuvres de la France pour imposer au pouvoir dans ses anciennes colonies, les candidats commis à sa cause. Ali Bongo s’est installé au pouvoir à la suite de violentes contestations post-électorales de la part de l’opposition qui l’accusait d’avoir triché.

Le 02 février, le porte-parole du ministère des affaires étrangères français, Bernard Valéro a appelé les acteurs de la vie politique gabonaise à « respecter la Constitution » en acceptant « les résultats du scrutin présidentiel » qui ont été « validés par la Cour constitutionnelle du Gabon ».

Cette position de la France au Gabon est jugée injuste par certains observateurs, par rapport à la Côte d’Ivoire où elle s’active pour déloger du pouvoir, le président Laurent Gbagbo dont l’élection a été proclamé par le Conseil Constitutionnel du pays.