« Tôt ou tard, l’Ivoirien, acculé, finira par trouver un bouc-émissaire… » (R. Dagher)

Posted on 8 février 2011

0


ABIDJAN – Dans une interview paru mardi dans un quotidien ivoirien, l’homme d’affaires ivoiro-libanais Roland Dagher a tenu à interpeller l’Union Européenne (UE) sur sa responsabilité quant aux conséquences « indirectes » que pourraient susciter ses sanctions.

Pour lui, en voulant « asphyxier le Président Gbagbo, on asphyxie indirectement le peuple ». Ce qui pourrait pousser le peuple à se trouver « un bouc-émissaire ». « Ce bouc-émissaire, ce n’est certainement pas l’Europe, puisqu’elle se trouve loin. Mais nos pauvres frères burkinabè, maliens, nigérians qui travaillent avec nous depuis 30 voire 40 ans dans la cohésion et qui- avec nous- ont construit ce pays».

S’interrogeant sur le « sens » de ces sanctions, le conseiller économique et social a révélé avoir porté plainte contre l’UE « ici et en Europe ». L’homme d’affaires a été sanctionné mercredi par l’UE pour avoir contribué, selon le Journal Officiel européen, « au financement de l’administration de Laurent Gbagbo », légalement constituée.

Depuis la réélection du Président Laurent Gbagbo avec  51,45%, la France tente d’imposer sans succès son adversaire Alassane Ouattara, un proche de Nicolas Sarkozy. Elle multiplie les ultimatums, menaces et autres sanctions par l’entremise de l’UE, préconisant « une asphyxie financière » de l’économie du pays.

 

Posted in: Dans l'actu, Economie