Côte d’Ivoire : Vers l’annulation du scrutin du 28 novembre ?

Posted on 14 février 2011

3


ABIDJAN –  Le Panel des 5 Chefs d’Etats commis par l’UA (Union Africaine) pour trouver une solution pacifique à la crise ivoirienne, devrait proposer l’annulation du scrutin présidentiel du 28 novembre, a-t-on appris lundi dans la presse ivoirienne.

Selon les révélations d’un des membres du Comité des Experts, les arguments présentés par La Majorité Présidentielle méritent d’être pris en compte. Aussi, selon lui, l’annulation du scrutin du 28 novembre en vue de l’organisation d’un nouveau scrutin, cette fois, après le désarmement des rebelles des Forces Nouvelles pourrait faire partie des propositions du Panel.

Dans ce cas, une nouvelle transition à « 2 têtes » pourrait être envisagée. Une proposition qui risque de passer difficilement d’autant plus qu’elle constituerait une entorse à la Constitution ivoirienne. Le gouvernement ivoirien a déjà averti  qu’il n’accepterait aucune compromission contraire à « la Constitution ». Pour l’opposant Alassane Ouattara, une telle solution n’est pas envisageable puisqu’il s’agit de l’« installer », étant  « reconnu » par une «communauté internationale ».

Monsieur Ouattara se fonde sur des résultats diffusés à son QG de campagne via les médias internationaux par Bakayoko Youssouf, un de ses proches par ailleurs Président de la CEI (Commission Electorale Indépendante).

Ces résultats ont été précipitamment certifiés par le Représentant Spécial des Nations Unies en Côte d’Ivoire alors que le Conseil Constitutionnel plus haute juridiction habilitée à proclamer les résultats définitifs des présidentielles, ne s’était pas encore prononcé.

Le Conseil Constitutionnel a proclamé Laurent Gbagbo élu avec  51, 45% des suffrages.  Le juge se fondant sur des cas de fraudes massives avérées et d’exactions commises sur les populations, notamment sur les partisans du Président Gbagbo, dans certaines zones du nord, a annulé certains votes.