Le gouvernement ivoirien dénonce la fermeture des agences de la City Bank et de la BICICI

Posted on 14 février 2011

1


ABIDJAN- La city-Bank et la direction Afrique de BNP Paribas, actionnaire majoritaire de la BICICI ont décidé respectivement de fermer leurs agences sur toute l’étendue du territoire à compter du lundi  et jusqu’à nouvel ordre, a-t-on appris par un communiqué du ministre du budget ivoirien Koné Katinan sur les antennes de la RTI (radiotélévision ivoirienne).

Dans le communiqué, le ministre a noté que le gouvernement ivoirien situe cette décision dans le prolongement des manœuvres initiées par les entreprises  Françaises et Américaines en vue de  »punir le peuple ivoirien » pour son soutien à la légalité constitutionnelle.

« En procédant de la sorte la BICICI et la City Bank violent les droits des épargnants ivoiriens en confisquant les dépôts de la clientèle. Cette fermeture programmée des agences de la BICICI coïncide avec la période du virement des salaires des fonctionnaires et des salariés du secteur privé.», a poursuivi le ministre du budget Koné Katinan.

La fermeture de ces banques fait suite à des initiatives entreprises par la BICICI et la SGBCI (banques françaises) depuis décembre 2010 où elles s’étaient déjà opposées à un règlement des salaires. Une affaire qui fait l’objet d’un procès en cours.

Ces établissements ayant décidé de fermer sans  aucune explication  leurs agences, avaient empêché ainsi leurs clients, fonctionnaires  et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire de retirer les salaires du mois de décembre.

Depuis la réélection du Président Laurent Gbagbo avec  51,45%, la France tente d’imposer sans succès son adversaire Alassane Ouattara, un proche de Nicolas Sarkozy. Elle multiplie les ultimatums, menaces et autres sanctions par l’entremise de l’Union Européenne, préconisant « une asphyxie financière » de l’économie du pays.