Le camp Ouattara n’a pas renoncé à l’option militaire

Posted on 17 février 2011

0


LABENNE (France) – Aka Ouélé, ancien ministre PDCI (Parti démocratique de côte d’Ivoire, dirigé par Bédié aujourd’hui allié de Ouattara) de la Santé et de l’Hygiène Publique a réaffirmé dans une interview accordée au quotidien régional landais SudOuest, l’attachement de son camp à l’usage de la force dans le règlement du conflit ivoirien.

L’ex-Ministre s’est voulu plus ou moins précis sur cette « éventualité », révélant qu’elle « pourrait venir de l’intérieur ». Il rejoint ainsi le chef rebelle pro-Ouattara qui, selon certaines indiscrétions prépare « une attaque » depuis Bouaké contre la capitale abidjanaise.

Ces révélations interviennent alors qu’une délégation de chefs d’Etats africains mandatés par l’UA doit arriver lundi à Abidjan pour rencontrer les protagonistes de la crise ivoirienne. L’UA avait rejeté toute action militaire dans le règlement de la crise, prônant une solution négociée après évaluation du processus électoral ivoirien.

La Côte d’Ivoire a replongé dans la crise suite au refus de l’opposant Alassane Ouattara, un proche de Sarkozy, de se plier aux résultats définitifs de l’élection présidentielle du 28 novembre dernier. Soutenu par la France, il tente sans succès de renverser le gouvernement ivoirien.