Côte d’Ivoire : Les forces de l’ordre assurent la sécurité des banques réquisitionnées

Posted on 18 février 2011

0


ABIDJAN- Les forces l’ordre se sont mises en place vendredi matin à Abidjan devant les sièges de deux filiales de banques françaises dont la réquisition a été annoncée la veille par le gouvernement , a constaté Direct scoop.

Plusieurs agents des forces de l’ordre étaient stationnés au plateau (centre des affaires) devant la SGBCI pour mettre en application la mesure prise par le président Laurent Gbagbo visant à « prendre le contrôle » des banques qui ont fermé cette semaine dans le  pays, notamment les filiales des banques françaises BNP Paribas et Société  Générale.

Le Président Laurent Gbagbo a annoncé jeudi soir la réquisition de ces banques, notamment la SGBCI et la Bicici. Il s’agit, selon le  gouvernement, de « préserver les emplois et assurer l’accès des ivoiriens et des opérateurs économiques à leurs avoirs » dans « les plus brefs délais ».

Lundi, l’on assistait à la fermeture de la Bicici, filiale du groupe Bnp-paribas et de Citibank, une banque américaine ;  suivies, mercredi par la Standard Chartered Bank ainsi que la Sgbci, un autre établissement français.

Un bureau a été ouvert par le gouvernement en vue de recenser les clients de ces banques, qui ont par ailleurs été encouragées à « porter plainte contre cette illégalité ».

Le président français Nicolas Sarkozy, multiplie les actions en vue d’asphyxier financièrement la Côte d’Ivoire au moment où l’option armée qu’il préconisait a été quasiment rejetée par la communauté internationale. Il espère ainsi obtenir le départ du Président Laurent Gbagbo et imposer au pouvoir en Côte d’Ivoire,  Alassane Ouattara, un de ses proches.

Refusant sa défaite constatée par le Conseil Constitutionnel, plus haute juridiction chargée de proclamer les résultats définitifs des élections présidentielles, Alassane Ouattara, depuis son QG du Golf Hôtel où il est retiré avec l’ONUCI, la force  française Licorne et ses miliciens rebelles, tente de renverser le gouvernement ivoirien.