Côte d’Ivoire: Des chars de l’Onuci ont tiré sur des jeunes ivoiriens à Marcory (Biétry)

Posted on 26 février 2011

16


ABIDJAN- Des chars de l’ONUCI venus en renfort à un contingent de soldats de l’Onuci (opération des nations unies en Côte d’Ivoire) bloqué par des jeunes ivoiriens à Marcory-biétry, ont ouvert le feu samedi sur la foule, a constaté un journaliste de Direct Scoop.

Les populations riveraines qui voulaient empêcher le déplacement d’un contingent de soldats Onusiens, ont pris position devant le camp de l’Onuci situé à proximité de la pâtisserie Abidjanaise. Des chars de l’ONUCI de SEBROKO venus en renfort ont tiré sur la foule. Les forces de défense et de sécurité (FDS) ont donc fermé toutes les voies d’accès et se sont positionnés.

Le leader de la jeunesse ivoirienne, le ministre Charles Blé Goudé avait appelé jeudi  sur les antennes de la télévision nationale, les ivoiriens à empêcher la circulation des véhicules de l’Onuci (opération des nations unies en côte d’ivoire) dans le district d’Abidjan. Pour lui, Onuci s’illustre de la « plus mauvaise manière » dans la crise ivoirienne en alimentant et en appuyant les rebelles de Ouattara.

Les populations considèrent les  actes de l’Onuci comme une provocation. Elles empêchent de plus en plus la progression des soldats Onusiens qui soutiennent  ouvertement Alassane Dramane Ouattara.

Jeudi dans les communes populaires d’Attécoubé et d’Akouédo, de jeunes ivoiriens ont empêché le mouvement de véhicules onusiens.

La rébellion pro-Ouattara a attaqué jeudi la ville de Zouan-Hounien (ouest). Selon une source proche du théâtre des opérations, « un char de l’ONUCI (Opération des Nations Unies en côte d’Ivoire) a pris part à cette attaque de la position tenue par les FDS, à moins de 30 km de Danané».

Le mercredi 29 décembre, des soldats de l’ONUCI  avaient tiré à balles réelles sur une foule de jeunes rassemblés à Abobo, faisant des blessés graves. Transportés à l’hôpital militaire d’Abidjan, ces blessés ont pu être sauvés. La veille, un convoi de l’Onuci qui s’avançait en direction de la stratégique centrale électrique d’Azito, près d’Abidjan, avait été forcé de rebrousser chemin par des habitants de Yopougon, une commune d’Abidjan.

Dans les affrontements du 16 décembre entre les rebelles et les forces de défense et de sécurité (FDS), l’Onuci avait été filmé, combattant  aux côtés de la rébellion pro-Ouattara.

Le gouvernement, puis le Président Laurent Gbagbo avaient déjà exigé le départ « immédiat » de l’ONUCI et de la force Licorne en raison de leur « partialité » dans la crise en Côte d’Ivoire.

Le Conseil constitutionnel ivoirien, plus haute juridiction ivoirienne chargée de donner les résultats définitifs de l’élection présidentielle a proclamé Laurent Gbagbo, élu (51, 45%) contre son adversaire Alassane Ouattara (48%). Le chef de la mission de l’Onu en Côte d’Ivoire, en violation de son mandat, a lui aussi déclaré élu,  Alassane Ouattara, replongeant ainsi le pays dans une grave crise.