Côte d’Ivoire : La BICICI (nationalisée) a ouvert ses portes

Posted on 2 mars 2011

6


ABIDJAN – L’agence principale du Plateau, à Abidjan de la Banque internationale pour le commerce et l’industrie en Côte d’Ivoire (BICICI) a ouvert ses portes mercredi a constaté un journaliste de DirectScoop.

Tôt le matin, les clients ont pris d’assaut l’agence centrale du plateau dans l’intention de retirer leurs avoirs. Une longue file d’attende encadrée par les force de l’ordre était visible devant la banque. Les clients pouvaient avoir accès aux caisses pour retirer leurs dus.

Dans un communiqué du gouvernement ivoirien livré mardi à la télévision nationale, le ministre de l’économie et des finances, a rassuré les clients de l’ancienne filiale de la banque française, BNP Paribas, de l’ouverture des guichets afin de leur permettre de faire des opérations de retrait sur leurs avoirs.

La BICICI et la Société générale de banque en Côte d’Ivoire (SGBCI), constituent les filiales des banques françaises qui avaient pris la décision de suspendre leurs activités sur tout le territoire ivoirien sans aucun préavis. Le gouvernement en réagissant à cette attitude avait décidé de nationaliser ces banques pour «  sauver les emplois des agents et l’épargne des clients ».

Ces établissements ayant décidé de fermer sans  aucune explication  leurs agences, avaient empêché ainsi leurs clients, fonctionnaires  et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire de retirer les salaires du mois de décembre.

Le président français Nicolas Sarkozy, multiplie les actions en vue d’asphyxier financièrement la Côte d’Ivoire au moment où l’option armée qu’il préconisait a été quasiment rejetée par la communauté internationale. Il espère ainsi obtenir le départ du président Laurent Gbagbo pour imposer l’opposant Alassane Ouattara, un de ses proches.

Refusant sa défaite constatée par le Conseil Constitutionnel, plus haute juridiction chargée de proclamer les résultats définitifs des élections présidentielles, Alassane Ouattara depuis son QG du Golf Hôtel où il est retiré avec l’ONUCI, la force  française Licorne et ses miliciens rebelles, tente de renverser le gouvernement  de Côte d’Ivoire.