Côte d’Ivoire : Une cache d’armes découverte dans une mosquée

Posted on 4 mars 2011

11


ABIDJAN – Une cache d’armes a été découverte dans une mosquée dans l’après-midi du jeudi 4 mars dans le quartier précaire de Banco 2 à Yopougon (commune populaire d’Abidjan), ont rapporté des témoins.

Suite à un appel anonyme faisant état de la présence d’armes dans la mosquée, des éléments du Centre de Commandement des Opérations de Sécurité (CECOS) en patrouille dans la zone, s’y sont rendus pour procéder aux fouilles. Interrogé, l’imam des lieux, a fait savoir qu’il n’avait jamais été informé de la présence de « ces engins dangereux » dans sa mosquée.

Le 25 février dernier, une autre mosquée  contenant des armes avait pris feu lors de combat opposant des assaillants aux forces de l’ordre à Yaosséhi, un autre quartier de Yopougon.

L’imam Idriss Koudouss, Président du Conseil National Islamique (CNI), dans un appel  a demandé  aux religieux, de s’abstenir de toutes actions contre- nature. « Au nom de Dieu, revenons à notre vocation prémière, qui est celle d’être le chemin de Dieu pour nos frères et sœurs .Ne posons pas d’actes qui pourraient créer des suspicions » s’était-il écrié.

Les rebelles pro-Ouattara ont été repoussés à Yahosséhi (un quartier précaire) dans leur tentative de prise de contrôle du commissariat de police du XVIème arrondissement. Les forces de défense et de sécurité (FDS) ont découvert lors des opérations de ratissage plusieurs caches d’armes dans la mosquée du quartier.

Des combats violents opposent depuis des semaines les FDS aux rebelles à Abobo où ils ont tenté de prendre le contrôle d’un camp de commandos de la gendarmerie. Cette rébellion qui utilise des « méthodes terroristes », tente de gagner, sans succès, les autres communes d’Abidjan. Plusieurs responsables du camp Ouattara, le chef rebelle Soro Guillaume en tête, ont réitéré à maintes reprises, leur volonté de reprendre la guerre, révélant qu’ils étaient «lourdement armés».

Refusant sa défaite constatée par le Conseil Constitutionnel, plus haute juridiction chargée de proclamer les résultats définitifs des élections présidentielles, Alassane Ouattara depuis son QG du Golf Hôtel tente, en complicité avec l’ONUCI (Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire) et la Licorne (armée française) de renverser le gouvernement.