Crise Ivoirienne : Le HCR suspend ses activités à l’Ouest

Posted on 4 mars 2011

5


GENEVE- Le Haut-commissariat des nations unies pour les réfugiés (HCR) a annoncé vendredi avoir suspendu ses activités dans l`ouest de la Côte d`Ivoire pour des raisons sécuritaires.

« Malheureusement, nous n`opérons plus là-bas en raison des combats et de l`insécurité », a déclaré une porte-parole du HCR, Melissa Fleming, lors d`un point de presse.

Les localités de Zouan-Hounien et Bin-Hounien, dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire, sont depuis jeudi 24 février le théâtre de violents combats suite à une attaque des position de l’armée régulière par des miliciens rebelles pro-Ouattara, . Des sources concordantes avaient annoncé des tirs à l’arme lourde dans la nuit du samedi 26 février  à l’entrée de la ville de Toulepleu,  opposant Fds et rebelles pro-Ouattara. Ces combats avaient favorisé un climat d’insécurité et un déplacement massif des populations vers le sud du pays.

Dans une interview diffusée mercredi sur les ondes de la chaîne de télé pirate TCI, le Capitaine Alla, porte-parole du chef rebelle pro-Ouattara, Soro Guillaume, avait révélé que son camp réservait « une situation de guerre » aux FDS à qui il promettaient « la mort ».

Melissa Fleming avait  fait état du nombre de réfugiés s’élevant à 38.600 personnes dans l’ouest.
Ces personnes ont fui leurs villages totalement détruits par des  miliciens rebelles proches de Ouattara Alassane.

Plusieurs personnes et associations avaient emboîté le pas à la responsable des femmes du Front Populaire Ivoirien (FPI – parti du président Laurent Gbagbo), pour une vaste opération humanitaire de solidarité.

La rébellion proche de Ouattara  a attaqué à l’ouest, les villes de Duékoué, Guiglo, Bangolo,  Lakota, brûlant des villages entiers et causant de nombreux morts.

Depuis septembre 2002, les rebelles pro- Ouattara, se livrent à des violences extrêmes sur les populations. Celles-ci fuient encore aujourd’hui, en masse,  les zones contrôlées par la rébellion, pour se réfugier au sud du pays.

Refusant sa défaite constatée par le Conseil Constitutionnel, plus haute juridiction chargée de proclamer les résultats définitifs des élections présidentielles, Alassane Ouattara depuis son QG du Golf Hôtel où il est retiré avec l’ONUCI, la force  française Licorne et ses miliciens rebelles, tente de renverser le gouvernement  de Côte d’Ivoire.