Côte d’Ivoire : mise en déroute au sud et au centre, la rébellion pro-Ouattara progresse à l’ouest

Posted on 7 mars 2011

6


TOULEPLEU (ouest) – Toulepleu, localité située à 650 km de la capitale économique Abidjan, est sous le contrôle de la rébellion pro- Ouattara suite à de violents combats qui ont eu lieu dimanche entre les forces de défense et de sécurité (FDS) et les rebelles pro-Ouattara selon un habitant joint au téléphone.

Cette attaque intervient alors que, vendredi, Duékoué et Bloléquin (deux villes de l’ouest) ont été le théâtre de violents combats déroulés entre les soldats ivoiriens et les rebelles proche de l’opposant Alassane Ouattara.

« Les rebelles  ont pris pied  à 11 heures dans la ville », rapporte un habitant.

Toulepleu est depuis le 26 février dans le viseur de la rébellion pro-Ouattara qui a repris les combats en violation du cessez-le-feu signé en 2004.

Après avoir attaqué avec le soutien des forces onusiennes les positions des FDS à Zouan Hounien, cap a été mis sur Bloléquin. « L’objectif, selon un analyste militaire, en occupant Toulepleu, est d’isoler la ville de Bloléquin pour la rendre plus fragile ».

La rébellion gagne du terrain dans certaines localités de l’ouest tandis qu’au centre et au sud du pays, elle a été mise en déroute par les forces de défenses et de sécurité (FDS).

La tentative de prise du camp commando par les assaillants, du commissariat de Koumassi, de la centrale électrique d’Azito, de la maison de presse Fraternité- maternité, se sont soldés par un échec.

Lors des affrontements du 16 décembre entre les rebelles et les forces de défense et de sécurité (FDS), l’ONUCI avait été filmé, combattant  aux côtés de la rébellion pro-Ouattara. Le gouvernement, puis le Président Laurent Gbagbo a exigé le départ « immédiat » de l’ONUCI et de la force Licorne en raison de leur « partialité » dans la crise en Côte d’Ivoire.

Selon une source proche du théâtre des opérations, « un char de l’ONUCI (Opération des Nations Unies en côte d’Ivoire) a pris part à l’attaque  de la position tenue par les FDS, près de Zouan-Hounien à moins de 30 km de Danané».

Des combats violents opposent depuis des semaines les FDS aux rebelles dans l’Ouest et à Abidjan, notamment à Abobo où ils ont tenté de prendre le contrôle d’un camp de commandos de la gendarmerie. Cette rébellion qui utilise des « méthodes terroristes », tente de gagner, sans succès, les autres communes d’Abidjan.

Plusieurs responsables du camp Ouattara, le chef rebelle Soro Guillaume en tête, ont réitéré à maintes reprises, leur volonté de reprendre la guerre, révélant qu’ils étaient «lourdement armés».

Refusant sa défaite constatée par le Conseil Constitutionnel, plus haute juridiction chargée de proclamer les résultats définitifs des élections présidentielles, Alassane Ouattara depuis son QG du Golf Hôtel tente, en complicité avec l’ONUCI (Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire) et la Licorne (armée française) de renverser le gouvernement.