Panel UA : Le gouvernement ivoirien dit « oui » à Zuma et Ould Taya

Posted on 10 mars 2011

21


ADDIS-ABEBA – Les propositions des présidents sud-africain et mauritanien pour une sortie de crise en Côte d’Ivoire ont été acceptées par les représentants du président Laurent Gbagbo à Addis-Abeba, a-t-on appris d’une source proche de la délégation ivoirienne.

Jeudi, le groupe de haut niveau, composé des présidents de la Mauritanie, du Tchad, de l’Afrique du Sud, de la Tanzanie et du Burkina-Faso, s’est réuni pour donner les « solutions contraignantes » attendues par tous.

Les Présidents Jacob Zuma et Abdel Aziz ont proposé le respect de la constitution par le maintien de Laurent Gbagbo au pouvoir et une élection dans un an. Cette solution s’oppose à celle proposée par les trois autres (Burkina-Faso, Tchad, Tanzanie) et qui préconise la mise en place d’un gouvernement d’union nationale sous la présidence de Ouattara.

« Nous n’accepterons jamais une proposition qui prévoit la démission du Président Gbagbo, parce qu’il est le dirigeant élu de la Côte d’Ivoire (…) Nous voulons simplement que le Président Gbagbo soit président, parce qu’il a été élu en vertu des lois du pays », a soutenu Alcide Djédjé, Ministre ivoirien des Affaires Etrangères.

Le gouvernement ivoirien, ainsi que plusieurs organisations de la société civile ont déjà exprimé leur volonté de voir la Constitution respectée dans le règlement de la crise.

Devant la crise née du refus d’Alassane Ouattara d’accepter sa défaite dûment constatée par le Conseil Constitutionnel, le président Laurent Gbagbo avait demandé la mise sur pied d’une commission multipartite de réévaluation de la situation.

Les avocats français Jacques Vergès et Laurent Dumas (ancien président du Conseil Constitutionnel français) avaient même proposé le recomptage des voix, comme cela a été le cas aux Etats-Unis et en Haïti, pour déterminer le vainqueur des élections.

Refusant sa défaite constatée par le Conseil Constitutionnel, plus haute juridiction chargée de proclamer les résultats définitifs des élections présidentielles, Alassane Ouattara, depuis son QG du Golf Hôtel où il est retiré avec l’ONUCI, la force  française Licorne et ses miliciens rebelles, tente de renverser le gouvernement  de Côte d’Ivoire.