Côte d’Ivoire/San Pédro – L’ONUCI tente d’occuper l’aéroport, les jeunes font barrage

Posted on 11 mars 2011

10


SAN PEDRO (SUD-OUEST) – Plusieurs centaines de jeunes tenaient un sit-in vendredi soir sur la piste d’atterrissage de l’aéroport de San Pédro, ville portuaire du sud-ouest de la Côte d’Ivoire.

Ces jeunes s’opposent à l’occupation du site par les soldats de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) qui ont investi les lieux pour procéder au « débarquement d’un contingent de soldats bangladais ».

Un détachement impressionnant des soldats onusiens avaient investi dans la matinée du vendredi l’aéroport de la ville, rappelant ainsi le scénario de novembre 2004 où les forces françaises s’étaient quasiment emparé de l’aéroport Félix Houphouét Boigny.

Mercredi, un arrêté interministériel (ministères du transport, de l’intérieur et de la défense) interdisait aux avions de l’ONUCI et de la Force Licorne le survol de l’espace aérien ivoirien. L’ONUCI est accusé par le gouvernement ivoirien de prêter main forte aux rebelles pro-Ouattara.

« L’ONUCI précède toutes les attaques de nos positions », ont révélé plusieurs sources militaires. Lors de l’attaque du centre émetteur, un hélicoptère de l’ONUCI a été aperçu survolant les positions des forces de défense et de sécurité (FDS).

Certains témoins font état de la participation de chars onusiens aux attaques des positions des FDS à Zouan Hounien. Le jeudi 16 décembre, des images des télévisions françaises révélaient la collusion entre les casques bleus et les rebelles pro-Ouattara lors de la marche insurrectionnelle  organisée par le RHDP, coalition politico-armée, proche d’Alassane Ouattara.

Les heurts se sont multipliés depuis entre l’ONUCI et les populations qui les récusent. Le Chef de l’Etat ivoirien a réclamé depuis décembre 2010 le départ de l’ONUCI et de Licorne, qui tentent d’imposer par diverses manœuvres Alassane Ouattara, candidat malheureux au scrutin de novembre.

Le représentant spécial du Secrétaire Général de l’Onu, Choï Young-Jin, par une « certification » controversée, a créé la confusion sur les résultats de l’élection présidentielle et replongé le pays dans une grave crise. Le Conseil Constitutionnel, plus haute juridiction chargée de donner les résultats définitifs, a proclamé et investi Laurent Gbagbo, Président de la république.

Refusant sa défaite constatée par le Conseil Constitutionnel, Alassane Ouattara depuis son QG du Golf Hôtel où il est retiré avec l’ONUCI, la force  française Licorne et ses miliciens rebelles, tente de renverser le gouvernement  de Côte d’Ivoire.