Côte d’Ivoire: Les journaux à nouveau disponibles dès lundi

Posted on 12 mars 2011

2


ABIDJAN – Le Conseil National de la Presse (CNP) a annoncé samedi « la levée de la mesure de saisie » dont faisaient l’objet certains journaux « dès ce lundi 14 mars aux heures habituelles » après des négociations menées auprès des autorités gouvernementales.

Le CNP, autorité indépendante chargé de veiller à la liberté de la presse, s’est engagé à « poursuivre les négociations avec les autorités gouvernementales pour éviter à l’avenir que de telles mesures conservatoires pénalisent toute la presse ».

Les rédactions avaient suspendu samedi leurs publications, les parutions de la veille n’ayant pas été distribuées la veille par Edipresse, la société de distribution. La société Edipresse, craignant des actes de vandalisme en raison de la mesure de saisie dont faisait l’objet certains journaux, s’est résolue à ne distribuer aucun journal.

La presse ivoirienne, dans son ensemble est de plus en plus l’objet de menaces et d’attaques de tous genres. La rédaction de Fraternité Matin, le quotidien gouvernemental, a été l’objet dimanche d’une attaque à l’obus de la part de « terroristes proches de Ouattara », selon plusieurs sources concordantes.

Un agent de la refondation, entreprise de presse proche du FPI (Front Populaire Ivoirien), parti de Laurent Gbagbo a été retrouvé assassiné à l’arme blanche par des manifestants du RHDP (coalition politico-armée soutenant Ouattara).

Un journaliste de Nord-Sud, quotidien proche du chef rebelle Soro Guillaume, est porté disparu. Certains de ses proches accusent les partisans de Laurent Gbagbo. Plusieurs journaux de l’opposition, estimant faire l’objet de répression, avaient décidé de suspendre – avant de revenir sur leurs positions quelques jours plus tard – leur parution.

Le Conseil National de la Presse, déplorant la multiplication des atteintes à la liberté de la presse sur l’ensemble du territoire  – les publications jugées proches du Président Laurent Gbagbo sont interdites de parution dans les zones du nord sous contrôle de la rébellion pro-Ouattara – a demandé « aux journalistes d’éviter les dérapages graves qui pourraient mettre à mal la cohésion sociale et les fondements de la nation ».

Posted in: Dans l'actu, Médias