Côte d’Ivoire/ UNICEF: « Plus de 800000 enfants instrumentalisés » dans les zone CNO

Posted on 16 mars 2011

0


BOUAKE (centre) –  Le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) note que plus de 800 000 enfants en Côte d’Ivoire ne vont pas à l’école et se retrouvent « malheureusement » dans les marchés et dans les manifestations politiques.

Dans un rapport dont DirectScoop dispose d’une copie, Ange Ayé Aké, chargé de communication à l’UNICEF indique qu’au cours d’une visite effectuée du 07 au 14 mars dans les zones centre, nord et ouest (sous contrôle de la rébellion pro-Ouattara) dans le cadre de la réponse humanitaire, le représentant de l’UNICEF, Dr. Agostino Paganini a plaidé auprès des rebelles pro-Ouattara contrôlant ces zones pour le respect du droit à l’éduction des enfants et leur non-participation à la guerre.

« Depuis le début de l’année 2011, 27 victimes de violences sexuelles dont 24 enfants ont été référés et pris en charge avec l’appui de l’UNICEF, qui a également mis en place un système de suivi et d’alerte sur les violations d’enfants », précise en outre le document.

Angelina Jolie, la star américaine de cinéma a appelé mercredi 02 mars lors d’une visite à Kaboul, à la protection des civils dans les conflits ivoirien.

« Tout ce que je demande, c’est que les civils soient protégés, plutôt que d’être pris pour cible voire de devenir des victimes », avait livré la star.

Cette déclaration de l’ambassadrice de bonne volonté du HCR (Haut-Commissariat des Réfugiés) intervenait alors que l’organisation  révélait mardi sur son site la « prise en otage » des populations civiles par les rebelles pro-Ouattara qui les empêchent de sortir, les obligeant parfois à «donner de l’argent ou des effets personnels avant d’être autorisées à partir».

Le HCR a suspendu par ailleurs ses activités dans l’ouest du pays en raison de l’insécurité née de l’attaque par les rebelles pro-Ouattara des positions tenues par les FDS le 23 février.

Depuis le déclenchement de la rébellion pro-Ouattara en septembre 2002, « c’est la toute première fois que la ville d’Abidjan, connaît le phénomène des déplacés internes », note un observateur.

La rébellion pro-Ouattara a occasionné entre 2002 et 2007, plus de 1 million 700 mille déplacés internes selon les chiffres officiels du gouvernement et des agences du système des Nations Unies.

Ce chiffre pourrait être revu à la hausse, estiment des spécialistes, en raison des violences enregistrées ces derniers mois à Duékoué, Bangolo, Lakota, Divo et Vavoua mais surtout, à cause de la reprise de la guerre sur les fronts ouest (Zouan-Hounien, Bin-Houyé, Toulepleu), Centre (Tiébissou, Yamoussoukro) et Sud (Abidjan).

Refusant sa défaite constatée par le Conseil Constitutionnel, plus haute juridiction chargée de proclamer les résultats définitifs des élections présidentielles, Alassane Ouattara depuis son QG du Golf Hôtel tente, en complicité avec l’ONUCI (Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire) et la Licorne (armée française) de renverser le gouvernement ivoirien.