Crise ivoirienne : Pour les femmes de la CEDEAO, le panel a échoué

Posted on 18 mars 2011

1


DAKAR – La présidente du Réseau paix et sécurité pour les femmes de l’espace CEDEAO (REPSFECO), l’ivoirienne Salimata Porquet, a admis jeudi « l’échec du panel des présidents », chargé d’apporter des solutions négociées pour une sortie de crise pacifique en Côte d’Ivoire.

« Nous espérons qu’après l’échec du panel des présidents, nous allons être écoutées », a-t-elle signifié, annonçant des initiatives de son association pour ramener les 2 parties à la négociation.

« Si les hommes ont échoué à ramener les deux positions à la négociation, c’est parce qu‘ils n’ont pas dit des vérités qu’ils devaient dire ou pris certains contours qu’ils devaient prendre » a estimé Mme Porquet qui croit au rôle « médiateur » de la femme.

Plusieurs observateurs ont qualifié les propositions de l’Union Africaine de « ponce-pilatisme », l’accusant de « s’être lavé les mains dans le dossier ivoirien ».

Après plusieurs dissensions observées au sein du Groupe, le Panel de l’UA s’était contenté de réitérer la reconnaissance de la victoire d’Alassane Ouattara sur la base de la certification controversée du patron de l’ONUCI (Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire).

Les Chefs d’Etat ont par ailleurs demandé au Conseil constitutionnel qui a déjà reconnu Laurent Gbagbo, vainqueur de la présidentielle de 2010 de procéder à l’investiture de Ouattara. Ce dernier a menacé mardi ledit Conseil, l’accusant de « forfaiture ».

Pour le gouvernement ivoirien, cette position du panel a « préservé la souveraineté de la Côte d’Ivoire et le respect de ses institutions ». Le Président Gbagbo qui a pris acte de cette position a réitéré son attachement à une sortie pacifique de la crise ivoirienne.