Le Président Laurent Gbagbo appelle la rébellion « à déposer les armes »

Posted on 18 mars 2011

5


ABIDJAN – Le Président Laurent Gbagbo a appelé jeudi la rébellion pro-Ouattara « à déposer les armes » et « à cesser les violences » en  toutefois les ivoiriens à « être sereins ».

«( …) nous assistons ces jours aux derniers soubresauts d’une rébellion qui s’éteint en se camouflant dans les véhicules de transport en commun », a déclaré Ahoua don Melo, porte-parole du gouvernement ivoirien, dans le communiqué du conseil des ministres.

Le gouvernement a par ailleurs dénoncé « le terrorisme, forme dégénérée de la rébellion » proche de Ouattara. Pour le chef de l’Etat, le « dialogue inter-ivoirien » reste « le seul gage de sortie de crise pacifique ».

Stoppée dans sa conquête de l’ouest (Duékoué et Bloléquin), la rébellion pro-Ouattara a multiplié les attaques et autres attentats dans la capitale. Plusieurs personnalités et symboles de l’Etat ont été pris pour cible par la rébellion.

Les commissariats de police, les camps militaires, la résidence du chef d’état-major des armées, le ministère de la défense ont  notamment été l’objet d’attaque à l’arme lourde par la rébellion pro-Ouattara.

A Sinfra, le vice-président du Conseil général a été abattu. A Cocody-les-2 plateaux (Abidjan), 4 jeunes gens ont été abattu par des assaillants à bord d’un taxi. Soutenue par les forces onusiennes qui lui prêtent mains fortes, cette rébellion qui use de « méthodes terroristes » (attentat contre les domiciles privés, attaque des villages, assassinat rituels en égorgeant les victimes, incinérations des prisonniers) n’a pas pu s’implanter véritablement.

Celle-ci a été mise en déroute sur la quasi-totalité des fronts à Abidjan (Angré, Adjamé, Koumassi, Yopougon, Treichville, 2 plateaux, Williamsville, Plateau Dokui). A Abobo, la rébellion lourdement armée avait réussi à s’installer au point de provoquer un exode massif des populations.

Selon plusieurs sources, les rebelles d’Abobo ont enregistré ces derniers jours de grosses pertes dans leurs rangs. « Aussi tentent-ils de faire croire à un massacre de civils », rapporte une source militaire.

Dans une interview diffusée récemment sur les ondes de la chaîne de télé pirate TCI, Le Capitaine Alla, porte-parole du chef rebelle pro-Ouattara, Soro Guillaume avait promis « une situation de guerre (…) aux ivoiriens » quand ce dernier confiait être « lourdement armé ».

Refusant sa défaite constatée par le Conseil Constitutionnel, plus haute juridiction chargée de proclamer les résultats définitifs des élections présidentielles, Alassane Ouattara depuis son QG du Golf Hôtel, tente en complicité avec l’ONUCI, la force  française Licorne et ses miliciens rebelles, de renverser le gouvernement  de Côte d’Ivoire.