Côte d’Ivoire/café cacao : Les multinationales prêtes à reprendre leur exportation

Posted on 22 mars 2011

14


LONDRES –  Dans une interview accordée au Quotidien Anglais « Financial Time » du lundi 21 mars, Ricardo Leiman, directeur exécutif de la maison de commerce Noble Group à Hong Kong, s’est dit prêt à payer les taxes à l’exportation au Président Laurent Gbagbo pour écouler son stock de cacao.

Ce groupe chinois de Hong Kong se désolidarise ainsi des traders européens et Américains. Ces derniers, ont affirmé à la suite de cette interview, qu’ils emboiteraient le pas au Noble Group si jusqu’au 31 mars le président Laurent Gbagbo conserve l’effectivité du pouvoir.

Ils n’auront plus « d’autres choix que de lui payer les taxes afin de sortir le cacao ».

Le gouvernement ivoirien avaient dans un communiqué du mercredi 8 mars, donner jusqu’au 31 mars aux exportateurs de cacao qui faisaient la rétention de stock afin d’écouler leur produit faute de quoi ces stock seraient saisis et vendus par le gouvernement.

Mercredi, le président Laurent Gbagbo avait pris une mesure visant à déclarer l’Etat, unique acheteur du cacao en Côte d’Ivoire.

Suite à l’embargo du cacao ivoirien par l’UE, les producteurs ivoiriens de cacao ont protesté devant l’institution en brûlant leurs productions.
L’opposant  Alassane Dramane Ouattara a appelé  l’arrêt des exportations du cacao et du café ivoirien, espérant ainsi couper les finances au chef d’Etat ivoirien.

Depuis la réélection du Président Laurent Gbagbo avec  51,45%, la France tente d’imposer sans succès son adversaire Alassane Ouattara, un proche de Nicolas Sarkozy. Elle multiplie les ultimatums, menaces et autres sanctions par l’entremise de l’Union Européenne, préconisant « une asphyxie financière».