Côte d’Ivoire : Chasse aux sorcières dans les villes occupées par la rébellion

Posted on 30 mars 2011

11


ABIDJAN – Les combattants rebelles qui soutiennent l’opposant Alassane Ouattara mèneraient une chasse aux sorcières dans les villes tombées sous leur contrôle.

A Abengourou où ils ont fait leur entrée dans la soirée du mardi, les familles de gendarmes et autres membres des forces de défense et de sécurité (FDS) sont prises à parti. « Sous les indications des jeunes RHDP (coalition politico-armée soutenant Ouattara), les rebelles s’en prennent aux familles de gendarmes et aux membres de la majorité Présidentielle », rapporte un habitant joint au téléphone.

A Bouaflé et à Issia, les populations se sont réfugiées dans la brousse fuant les exactions des forces de Ouattara. Dans plusieurs villes (Issia, Gagnoa et Abengourou), les prisons civiles ont été ouvertes et les prisonniers armés.

Les rebelles d’Alassane Ouattara, largement aidé par les forces onusiennes, mènent depuis le début de la semaine une vaste offensive sur les différents fronts. Plusieurs villes dont la capitale politique seraient tombées sous leur contrôle. L’objectif serait de prendre Abidjan avant « l’échéance du 31 mars ».

« Cette avancée subitement rapide des rebelles d’Alassane Ouattara n’est pas sans lien avec l’échéance du 31 mars », analyse un observateur pour qui le conflit ivoirien n’est rien d’autre que « la guerre du cacao commandée par les chocolatiers américains ».

Selon lui, « les révélations du Financial Times sur la volonté des multinationales de payer les taxes à l’exportation du cacao au Président Gbagbo ont sonné comme un ultimatum à la nébuleuse » qui aurait échoué « si le 31 mars Gbagbo restait Président ».

Depuis la réélection du Président Laurent Gbagbo avec 51,45%, l’Occident menée par la France et les Etats-Unis, tente d’imposer malgré sa défaite constatée par le Conseil Constitutionnel, l’opposant Alassane Ouattara.