Côte d’Ivoire : Calme précaire en attendant le discours du Président Gbagbo.

Posted on 31 mars 2011

29


ABIDJAN – Les activités étaient au ralenti, jeudi, à Abidjan et dans la plupart des grandes villes du pays dans l’attente du « message à la Nation » prévu pour mercredi et reporté probablement en raison du vote d’une résolution sur la Côte d’Ivoire, par le Conseil de sécurité.

Pour les partisans de l’opposant Alassane Ouattara, la résolution S/RES/1975 (2011) du Conseil de sécurité de l’ONU adoptée mercredi et qui « impose des sanctions ciblées » contre cinq personnes, y compris le Président Laurent Gbagbo et son épouse Simone en exhortant le président ivoirien « à se retirer immédiatement » au profit de son rival, est une victoire décisive en faveur de leur camp.

Youssoufou Bamba, représentant de M. Ouattara à l’ONU a estimé que « la résolution (1975) lance un message fort pour l’émergence de la démocratie, pour le respect de la vie des populations civiles (…). Notre cri de détresse, notre appel au secours du peuple ivoirien a été entendu par le Conseil de sécurité et nous exprimons notre gratitude pour ce sens de responsabilités du Conseil de sécurité en adoptant à l’unanimité cette résolution».

Toussaint Alain, un Conseiller du Président Laurent Gbagbo, écrit pour sa part, sur sa page Facebook, jeudi, que « le Président Laurent Gbagbo ne démissionnera pas. Le Chef de l’Etat ne capitulera pas face à la campagne militaire et médiatique orchestrée par la CIA et les services secrets français. Nous ne ferons pas l’économie d’une ultime bataille pour mettre fin à l’invasion de notre terre par les mercenaires ouest-africains de Ouattara et les soldats onusiens, français et américains».

La nouvelle résolution, intervient alors que La rébellion pro-Ouattara a annoncé, l’occupation par ses éléments, de plusieurs villes du pays. Ces informations n’ont pas été démenties par les Forces de défense et de sécurité dont le porte-parole le Colonel-Major Gohourou Babri Hilaire a annoncé, l’appel sous les drapeaux, à partir de mercredi, de jeunes volontaires déjà enrôlés.

Le Ministre Ahoua Don Mello, porte-parole du Gouvernement ivoirien avait observé que « ce qui est surprenant (c’est que) lorsque des rebelles attaquent ouvertement au vu et au su de l’Union européenne, de l’Onuci, de l’Union Africaine, de la Cedeao (…) aucune protestation ne s’élève contre la rébellion. Or lorsque nous allons répliquer vous allez entendre un tintamarre de protecteurs de droits humains ». Avant d’ajouter que « pour le moment nous avons fait le choix du dialogue. Nous espérons que le dialogue va permettre à chacun d’entendre raison. Face à la violence ouverte des rebelles nous répondons par la main tendue. (…)  A la place des armes nous souhaitons des mots, çà préserve mieux les droits humains ».

Le nonce apostolique, Monseigneur Ambroise Madtha, avait rencontré le Président Laurent Gbagbo, lundi, au palais présidentiel, lui demandant de tendre la main à « son frère » Alassane Ouattara ; puis, mercredi, l’opposant Alassane Ouattara, pour l’encourager à une « rencontre personnelle » avec le Président Gbagbo.