Côte d’Ivoire: Cocody (commune présidentielle) sous contrôle des Forces de Défense et de Sécurité

Posted on 1 avril 2011

20


ABIDJAN – Les forces de défense et de sécurité (FDS) contrôlaient vendredi la commune présidentielle de Cocody, objet depuis la veille d’une offensive des soldats rebelles de Ouattara.

Selon un journaliste de DirecScoop, il règnait un calme précaire dans la commune où la population était sortie se ravitailler. « Le marché est ouvert, la boulangerie aussi », ont rapporté des riveraines. Un dispositif impressionnant de sécurité  est perceptible aux alentours de la résidence du Chef de l’Etat qui avait été prise d’assaut par les hommes de Ouattara.

Les Forces fidèles à l’opposant Alassane Ouattara, ont échoué vendredi dans leurs attaques de la résidence du chef de l’Etat de Cocody et du palais présidentiel du Plateau. Sur le théâtre des opérations les combattants de Ouatara sont appuyés par la Force Licorne et des soldats de l’Opération de l’Onuci qui participent aux combats avec chars et appuis aériens.

14 corps de soldats de type européen ont d’ailleurs été découverts suite à la libération de la télévision nationale. Si les partisans d’Alassane Ouattara appuyés par leurs alliés, ont occupé sans résistance les villes de l’intérieur du pays, leur offensive dans la capitale s’est heurtée à une farouche opposition des FDS.

La résolution 1975 de l’ONU votée mercredi a demandé « à toutes les parties d’œuvrer à la solution politique d’ensemble de l’Union Africaine (UA), se félicitant de la décision prise le 10 mars par le Sommet du Conseil de paix et de sécurité de l’UA de nommer un haut représentant chargé de la mise en œuvre de la solution politique d’ensemble.

Cette résolution engage par ailleurs « toutes les parties à coopérer pleinement avec lui ». Ouattara, fort du soutien de ses alliés (ONUCI et Licorne) a décidé de l’option militaire après avoir récusé le haut représentant désigné et engagé les hostilités en ouvrant des fronts militaires à l’ouest, au centre et à l’est du pays avant d’engager la « bataille d’Abidjan ».

Le représentant spécial du Secrétaire Général de l’Onu, Choï Young-Jin, par une « certification » controversée, a créé la confusion sur les résultats de l’élection présidentielle et replongé le pays dans une grave crise.

Le Conseil Constitutionnel, plus haute juridiction chargée de donner les résultats définitifs, a proclamé et investi Laurent Gbagbo, Président de la république. Une décision conforme à toutes les résolutions de l’Onu relatives à la Côte d’Ivoire, qui réaffirment le ferme attachement de l’organisation au respect de la souveraineté et de l’indépendance de ce pays.