Côte d’Ivoire : La RTI aux mains des Forces de Défense et de Sécurité (FDS)

Posted on 1 avril 2011

150


ABIDJAN – Les FDS ont conservé le contrôle vendredi de la Radio Télévision Ivoirienne (RTI) dans le quartier présidentiel de Cocody à l’issue d’âpres combats les opposant aux rebelles d’Alassane Ouattara, a constaté un journaliste de DirectScoop.

«Il y a une fumée qui sort de la RTI mais ce sont nos forces de la garde républicaine qui y sont », rapporte une riveraine. La violence des combats aurait causé d’énormes dégâts d’où la suspension des émissions.

Il y aurait de lourdes pertes dans le camp des forces de Ouattara, dont « des mercenaires blancs » selon une source militaire. Un ratissage est en cours pour débusquer « les fuyards ».

Les forces Pro-Ouattara avaient affirmé avoir pris le contrôle de la télévision nationale et annoncés la diffusion à brève échéance d’un discours de leur mentor. Les combats à l’arme lourde se poursuivaient vendredi matin à Abidjan autour de la résidence du président ivoirien Laurent Gbagbo et du palais présidentiel (Plateau, centre des affaires).

Les combats très intenses entre les Forces de défense et de sécurité et les Forces fidèles à l’opposant Alassane Ouattara, avaient débuté jeudi vers 22H00 (locales et GMT) dans tous les quartiers de la capitale y compris le périmètre de la résidence du Chef de l’Etat. Sur le théâtre des opérations les combattants d’Alassane sont appuyés par la Force Licorne et des soldats de l’Opération de l’Onuci qui participent aux combats avec chars et appuis aériens.

Si les partisans d’Alassane Ouattara appuyés par leurs alliés, ont occupé sans résistance les villes de l’intérieur du pays, leur offensive dans la capitale se heurte à une farouche opposition des FDS.

La résolution 1975 de l’ONU votée mercredi a demandé « à toutes les parties d’œuvrer à la solution politique d’ensemble de l’Union Africaine (UA), se félicitant de la décision prise le 10 mars par le Sommet du Conseil de paix et de sécurité de l’UA de nommer un haut représentant chargé de la mise en oeuvre de la solution politique d’ensemble.

Cette résolution engage par ailleurs « toutes les parties à coopérer pleinement avec lui ». Ouattara, fort du soutien de ses alliés (ONUCI et Licorne) a décidé de l’option militaire après avoir récuser le haut représentant désigné.

Le représentant spécial du Secrétaire Général de l’Onu, Choï Young-Jin, par une « certification » controversée, a créé la confusion sur les résultats de l’élection présidentielle et replongé le pays dans une grave crise.

Le Conseil Constitutionnel, plus haute juridiction chargée de donner les résultats définitifs, a proclamé et investi Laurent Gbagbo, Président de la république. Une décision conforme à toutes les résolutions de l’Onu qui  réaffirment le ferme attachement de l’organisation au respect de la souveraineté et de l’indépendance de la Côte d’Ivoire.

Advertisements