Côte d’Ivoire/Alassane Ouattara : « Vous avez porté votre choix sur ma modeste personne »

Posted on 8 avril 2011

192


ABIDJAN – L’opposant Alassane Ouattara a, à nouveau, revendiqué jeudi, la victoire à l’élection présidentielle du 28 novembre 2010, dans un message qu’il a adressé aux ivoiriens sur la chaîne de télévision TCI.

Le « président reconnu par la communauté internationale » mais non encore reconnu par les institutions nationales et en particulier le Conseil constitutionnel ivoirien, plus haute juridiction chargée de donner les résultats définitifs des élections présidentielles dans ce pays, a d’emblée indiqué aux ivoiriens : « Vous avez porté votre choix sur ma modeste personne ». Selon lui, l’origine de la crise se situe dans le « refus du Président sortant Monsieur Laurent Gbagbo et son clan de se plier au verdict des urnes et respecter ainsi la volonté du peuple ivoirien. »

M. Ouattara a justifié les bombardements effectués par « les forces impartiales » par la nécessité d’ « agir urgemment, pour protéger les civils en raison des tueries et des massacres à grande échelle ». Estimant que « l’intérieur du pays a été pacifié et les populations y vivent en toute sécurité et en parfaite harmonie », le « président reconnu par la communauté internationale » a invité ses forces « à s’abstenir de tout crime, de toute violence contre les populations ou de tout acte de pillages ».

M. Ouattara a révélé qu’il s’est entretenu avec le Général Kassaraté, Commandant supérieur de la gendarmerie et le Général Brindou, Directeur de la Police Nationale afin qu’ils assurent le maintient de l’ordre en liaison avec la Licorne et l’Onuci.

Le Gouverneur de la Bceao a été saisi aux dires de M. Ouattara pour effectuer la réouverture de « ses agences en Côte d’Ivoire, en vue d’assurer une reprise des opérations dans toutes les banques et permettre le règlement des salaires et des arriérés de salaires dans les plus brefs délais ». Il a également annoncé sa demande de levée des sanctions de l’Union européenne, sa volonté de mise en route de la SIR, un blocus sur la résidence du Président Laurent Gbagbo, un allègement du couvre-feu qu’il avait décidé, la poursuite des auteurs des « agissements inqualifiables » qui ont endeuillés les familles.

« Je renouvelle encore aujourd’hui mon serment d’être le Président de tous les Ivoiriens » a-t-il conclut.