Burkina Faso : Le mouvement de protestation gagne la gendarmerie

Posted on 18 avril 2011

88


KAYA  – Des soldats et des gendarmes sont sortis dimanche soir dans les rues de Kaya , ville située à une centaine de km au nord-est de Ouagadougou et ont tiré en l’air dans les rues jusqu’à 6 heures lundi, a-t-on appris de sources officielles.

C’est la première fois que des gendarmes  entrent en mutinerie depuis le début le déclenchement de la première mutinerie menée par la garde républicaine jeudi soir.

Le mouvement de soldats mutins qui touche le Burkina Faso depuis quatre jours, s’est étendu à la ville de Kaya (centre), après celles de Ouagadougou, Pô et Tenkodogo.

Les mutins ont  incendié le domicile du chef du corps du régiment de Commandement d’appui et de soutien et saccagé celui du commandant de la 1e région militaire, celle de Kaya, ont affirmé des habitants de la ville interrogés par téléphone depuis Ouagadougou.

Protestant contre la passivité des autorités face aux pillages  enregistrés lors de ces  mutineries, des commerçants avaient attaqué et incendié samedi le siège du parti au pouvoir. Ils avaient également mis le feu à des véhicules stationnés dans l’enceinte du ministère du Commerce et de l’Assemblée nationale, avant que le feu ne se propage.

Le pouvoir du Président Blaise Compaoré est confronté depuis février à divers mouvements de  protestations répétés qui ont débuté avec les élèves puis les étudiants, suivie de la société civile pour ainsi gagner les hommes en arme. Samedi, la France déconseillait « fortement » la destination Ouagadougou, estimant que le pays était « marquée par de vives tensions ».

Blaise Compaoré, arrivé au pouvoir en 1987, suite à un coup d’état sanglant  qui emportant le père de la révolution, Thomas Sankara, s’est fait réélire 4 fois à la tête du pays.