Libye: Pour mettre fin à la crise, des chefs de tribus proposent une loi d’amnistie pour la rébellion

Posted on 7 mai 2011

39


TRIPOLI – La Conférence nationale des tribus libyennes a annoncé tard vendredi soir qu’elle travaillait « à une loi d’amnistie générale » pour tous ceux qui auront été impliqués dans le soulèvement entamé mi-février contre le colonel Mouammar Kadhafi, a-t-on appris de sources officielles.

Une telle loi « ouvrira la voie à une ère de paix et de pardon », a assuré la Conférence.

Ils ont aussi appelé les tribus voisines des villes rebelles « à lancer des marche pacifiques et populaires pour libérer ces villes en désarmant les rebelles ».

L’Otan a annoncé samedi avoir mené de nombreuses frappes sur la région de Misrata vendredi, touchant en particulier neuf véhicules militaires et un bâtiment où s’abritaient des tireurs embusqués.

Le conflit a déjà fait des milliers de morts, selon le procureur de la Cour pénale internationale, Luis Moreno-Ocampo, qui compte demander trois mandats d’arrêt pour des crimes contre l’humanité.

L’envoyé spécial de l’ONU en Libye, Abdul Ilah Khatib, avait préconisé mardi 03 mai devant le Conseil de Sécurité, que les parties en conflit, instaurent un cessez-le-feu.

Selon Khatib qui se prononçait devant les membres du Conseil de Sécurité, « La principale difficulté, est de mettre d’accord les deux camps sur les éléments essentiels du processus politique qui correspondent aux aspirations du peuple libyen ».

La Chine avait déjà exigé l’arrêt des hostilités en Libye après l’assassinat samedi du fils cadets du guide libyen et de 3 de ses petits-fils par les forces de l’OTAN. La Chine et l’Union Africaine souhaite un règlement du conflit de façon pacifique, voie que rejettent la rébellion soutenue par l’occident.