Côte d’Ivoire : Nouvelles exactions des forces de Ouattara

Posted on 25 mai 2011

31


ABIDJAN – Les exactions sur les populations jugées proches du Président Gbagbo se sont poursuivies ces derniers jours à Abidjan et dans les villes de l’intérieur, selon plusieurs sources sur place.

A Abidjan, des témoins ont rapporté l’enlèvement par « des FRCI » (nouvelle armée crée par Ouattara) vendredi du frère ainé de l’ex-ministre de la défense du Président Gbagbo. Le sous-directeur de l’ENS (Ecole Normale Supérieure), Koudou Opadou, est aussi porté disparu après avoir été enlevé à son domicile le même jour.

Une descente musclée des FRCI dans les villages abourés (ethnie dont est originaire l’épouse du Président Gbagbo) a causé plusieurs dégâts matériels et destructions de biens. Au moins une personne tuée. A  Zikisso, Ziliga Assia Georges, ancien adjoint au maire de Yamoussoukro, aurait été égorgé devant sa famille par des hommes armés se réclamant de l’armée de Ouattara.

Amnesty international a dénoncé mercredi dans un rapport, les exactions des combattants de Ouattara, le nouveau Chef d’Etat ivoirien installé grâce à l’aide armée de la France, contre les populations civiles.

L’association française Reporter sans frontière (RSF) a accusé mardi les FRCI de l’assassinat du journaliste Sylvain Gagnéto, ainsi que d’autres anonymes, dans la commune de Yopougon, début mai.

Une vague de violences dirigées principalement contre les proches de Laurent Gbagbo, s’est intensifiée et persistent depuis la capture le 11 avril par la coalition Licorne-ONUCI-combattants pro-Ouattara. Des centaines de personnes sont arrêtés « arbitrairement », sans  motif, souvent sur délation, puis détenus dans des lieux inconnus.