Burkina Faso : Mutinerie dans le nord du pays

Posted on 30 mai 2011

66


OUAGADOUGOU – Des militaires ont tiré en l’air dimanche soir dans deux villes du nord du Burkina Faso, a-t-on appris d’une source militaire.

Des tirs ont été entendus à Kaya (nord-ouest de la capitale Ouagadougou) à partir de 20 heures et à Dori (nord-est de Ouagadougou) à partir de 22 heures.
Un résident de Kaya a indiqué avoir entendu des tirs sporadiques depuis le camp militaire à partir de 20H00 (locales et GMT).

Un autre, également joint par téléphone, a précisé que les tirs avaient cessé vers 21H00. Tout le monde est terré chez soi, a-t-il dit.
« C’est fini. Ils ont tiré avec des munitions d’exercice, On ne sait pas ce qu’ils veulent », a déclaré un haut gradé à Ouagadougou.
Les tirs se sont étendus à Dori (260 km de Ouagadougou), plus au nord, selon des témoins.

« Les militaires ont commencé à tirer en l’air vers 22H00 », a déclaré un habitant. Certains sont au camp, et d’autres au centre-ville, a-t-il ajouté.
Le Burkina Faso est en proie depuis le mois de février à une crise sociale généralisée.

Amorcée par les élèves et étudiants suite au décès dans des conditions non encore élucidées de l’élève Justin Zongo, elle a fini par gagner toutes les autres couches jusqu’aux militaires de la garde prétorienne.

Cette crise avait conduit fin avril à la nomination d’un nouveau gouvernement dans lequel le porte-feuille revenait au Président Compaoré et dirigé par Luc-Adolphe Tiao en remplacement de Tertius Zongo.

Arrivée au pouvoir suite à un coup d’état sanglant qui emportera le père de la révolution en 1987, Thomas Sankara, Blaise Compaoré s’est fait réélire, dans un contexte électoral controversé, pour la 4ème fois. L’opposition exige son départ.