Côte d’Ivoire : Après Amnesty et Human Right, l’ONU dos au mur

Posted on 4 juin 2011

289


NEW YORK – La Commission d’enquête de l’ONU chargée de conduire les investigations sur les violations des droits de l’homme en Côte d’Ivoire depuis le 28 novembre 2010 (date du second tour de la présidentielle) rendra jeudi son rapport au Conseil de sécurité, a appris DirectScoop.

Selon certaines indiscrétions, ce rapport pourrait citer nommément « des responsables présumés de haut rang, et apporter les premiers éléments de preuves pour une éventuelle procédure devant la justice internationale. » Un pas qu’ont déjà franchi les organisations internationales de droit de l’homme.

Dans son rapport rendu public le 2 juin, Human Right Watch parle d’ « exécutions extra-judiciaires » auxquelles auraient participé de façon active les chefs de guerre, Chérif Ousmane et Ousmane Coulibaly.

Amnesty Internationale, quant à elle, a estimé dans son rapport du 27 mai qu’à partir du moment où « les liens de subordination entre les forces armées des Forces nouvelles et Alassane Ouattara ont été définitivement éclaircis [par décret présidentiel pris le 17 mars et créant les FRCI, nouvelle armée sensée réunir la rébellion des Forces Nouvelles et les Forces de Défense et de Sécurité] », celui-ci devrait assumer « la responsabilité de tous les actes commis ou tolérés par ces forces armées ».

La Commission dirigée par le thaïlandais Vitit Muntabhorn assisté de la béninoise Reine Alapini Gansou et du soudanais Souleïmane Bado, a conduit ses recherches sur le terrrain, pendant un mois, voyageant à travers le pays à la rencontre des victimes ou autres survivants des massacres.

Elle avait pour mandat  de mener une « investigation sur les faits et les allégations de violations des droits de l’hommes commis en Côte d’Ivoire suite à l’élection présidentielle du 28 novembre 2010 dans le but d’identifier les responsables de crimes graves et de les traduire en justice».

Posted in: Dans l'actu, Justice