Côte d’Ivoire : Le gouvernement Ouattara ne « croit pas à des exactions à l’échelle » (Ministre)

Posted on 7 juin 2011

133


ABIDJAN – Le Ministre de la Sécurité d’Alassane Ouattara, chef d’Etat installé par la coalition internationale Licorne-ONUCI-FRCI a rejeté dimanche les accusations d’exécutions de centaines partisans du Président Gbagbo par les combattants des FRCI (nouvelle armée).

« Des exactions à l’échelle, je ne crois », a-t-il avancé au micro de RFI (Radio France International), exigeant des « preuves » en plus des « témoignages » recueillis par Human Right Watch.

Dans son rapport rendu public le 2 juin, l’organisation parle d’ « exécutions extra-judiciaires » auxquelles auraient participé de façon active les chefs de guerre, Chérif Ousmane et Ousmane Coulibaly.

Amnesty Internationale, qui a accusé aussi les FRCI d’exactions, a estimé dans son rapport du 27 mai, que Ouattara devrait assumer « la responsabilité des actions tolérées ou commises par ses forces.

Les partisans du Présidents Gbagbo font l’objet d’une chasse aux sorcières depuis sa capture le 11 avril. Des exactions allant des simples tortures aux exécutions sommaires sont signalées chaque jour dans le pays.

Advertisements
Posted in: Dans l'actu