Libye : La hiérarchie militaire des alliés s’inquiètent d’ « une guerre à durée indéterminée »

Posted on 17 juin 2011

75


PARIS – Le chef d’état-major de l’armée de terre française s’est interrogé jeudi sur la capacité de l’OTAN à se « régénérer » au cas où le conflit en Libye devrait durer plus longtemps.

 « La durée, c’est du potentiel. Est-ce qu’on aura la capacité à régénérer le potentiel ? », s’est-il interrogé. Pour le commandant suprême allié pour la transformation, le général français (air) Stéphane Abrial, la question n’est plus à poser. « La question des ressources deviendra critique (si les) opérations durent plus longtemps », estime-t-il.

Sonnette d’alarme du côté de la Marine Nationale française. « Nous consommons de façon intensive un potentiel qui devait l’être progressivement. La question qui me préoccupe c’est de savoir, quand nous aurons consommé le potentiel, comment le régénérer », se préoccupe  l’amiral Forissier, chef d’état-major de la Marine nationale.

Même son de cloche chez les Anglais. « Combien de temps pourrons-nous rester dans la situation où nous nous trouvons actuellement en Libye? » s’est demandé cette semaine, l’amiral Mark Stanhope.

La crainte d’une « éternisation » du conflit libyen se perçoit de plus en plus chez les politiques. La Norvège a décidé d’ « ici le 1er août » le retrait de ses forces engagées en Libye. Aux Etats-Unis et en Italie, l’on est d’avis pour un conflit à « durée déterminée ».

Des élus (démocrates comme républicains) du Congrès américain ont déjà déposé mercredi une plainte contre le président Barack Obama devant un tribunal fédéral à Washington concernant l’action militaire américaine engagée en Libye.

Le colonel Kadhaffi avait promis une « guerre longue » aux alliés, appelant à un règlement pacifique sous l’égide de l’Union Africaine. L’OTAN est engagé depuis 3 mois en Libye suite à une résolution de l’ONU, introduite par la France et visant officiellement à « instaurer une zone d’exclusion aérienne en vue de protéger les civils ».